Val-de-Marne : trois policiers blessés par un tir de mortier d'artifice, six mineurs toujours en garde à vue

Le mortier est entré par la fenêtre ouverte de la voiture. Les trois policiers à l'intérieur ont été blessés. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Bonneuil-sur-Marne dans le Val-de-Marne.  (GOOGLE MAPS / FRANCETV INFO)

Trois policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) ont été blessés dimanche 25 juillet à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) par un tir de mortier d'artifice entré dans leur véhicule, indique la préfecture de police de Paris sur Twitter. Selon une source policière contactée par franceinfo, les faits se sont déroulés vers 19 heures, quand un équipage de police intervenu pour un rodéo de motos impliquant une quarantaine de personnes a été visé par des tirs de mortier.

D'après une vidéo qu'a pu consulter France Bleu Paris, un des mortiers d'artifice est entré dans la voiture banalisée par la vitre du conducteur qui était baissée. Sur les trois policiers présents à bord du véhicule, une source policière indique à franceinfo qu'un fonctionnaire a été brûlé au dos. Les deux autres ont été blessés aux tympans par la déflagration dégagée par le mortier, selon le syndicat Unité SGP Police. Ils ont été examinés par un médecin légiste. Le policier brûlé au niveau du dos se voit délivrer 15 jours d'ITT. Les deux autres, blessés aux tympans, se voient délivrer 15 et 10 jours d'ITT.

Les six personnes interpellées sont mineures

À l'arrivée des renforts, six personnes ont été interpellées. Ces six mineurs, âgés de 14 à 16 ans, sont toujours en garde à vue et le resteront jusqu'à mardi 27 juillet au soir, a appris lundi 26 juillet franceinfo auprès du parquet de Créteil. Une enquête est ouverte pour tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique, menaces de mort, menaces aggravées et enregistrement et diffusion d'images de violences. C'est la sûreté territoriale du Val-de-Marne qui en a été saisie lundi matin par le parquet de Créteil.

Le parquet précise d'ailleurs que les investigations se poursuivent, notamment pour vérifier le contexte "toujours un peu confus" des événements et "identifier" d'éventuels autres participants.

Gérald Darmanin présent au commissariat de Créteil

Suite à ces "événements intolérables", le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce lundi sur Twitter qu'il se rendra au commissariat de Créteil à 19h45 le même jour. Un point presse est prévu à 20h30. "Tirer des mortiers contre des policiers, c’est vouloir les blesser ou les tuer. L’État répondra fermement à ces actes violents contre nos policiers", a-t-il dénoncé. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.