Cet article date de plus de sept ans.

Un viticulteur découvre ses vignes vendangées... mais pas par lui

Une parcelle de 30 ares de blanc appartenant à cet exploitant du Bordelais a été vendangée à son insu la semaine dernière.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Contrairement à ce vendangeur de Pessac (Gironde) photographié en août 2013, un vigneron bordelais n'a pas pu vendanger une de ses parcelles, dont le raisin avait déjà été récolté par des inconnus. (MAXPPP)

Mauvaise surprise pour un viticulteur de l'appellation Graves. Il a trouvé une parcelle de 30 ares de ses vignes vendangée à son insu la semaine dernière, un mystère qu'il peine à s'expliquer, a-t-il souligné lundi 7 octobre dans Sud Ouest. "Il y en a marre. Déjà que cette année les vendanges ne devaient pas être bonnes et abondantes, on a eu la météo, la grêle, et maintenant ça !", s'est plaint Dominique Lafosse, propriétaire du Clos Bourgelat près de Cérons (Gironde), quelques jours après la découverte des "vendanges sauvages".

Exploitant de 13 hectares répartis moitié-moitié entre rouge et blanc, le vigneron a constaté que 30 ares de blanc destiné à du liquoreux ont été vendangés à la machine, entre dimanche 29 septembre et mardi 1er octobre, comme en attestent des traces de pneu. Un outrage de plus pour lui qui égrappe traditionnellement à la main. Pensant peut-être à une erreur de viticulteurs de parcelles limitrophes, il a enquêté auprès de voisins, mais les a mis hors de cause. Et s'interroge : vol par un viticulteur, par un utilisateur ou une entreprise de machines agricoles ?

Il estime que la récolte sauvage a pu avoir lieu de nuit, la présence même tardive d'un engin agricole n'attirant pas l'attention en cette période de vendanges. "Ce n'est pas tant la perte, de l'ordre de 600 bouteilles soit 5 000 euros, je m'en remettrai. Mais voler des vendanges, cela ne se fait pas !", s'indigne le viticulteur qui s'est déjà fait voler cette année quelques pieds de vigne et des piquets. Il a déposé plainte à la gendarmerie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.