Un homme de 54 ans soupçonné d'avoir eu des rapports sexuels avec une pré-adolescente pendant deux ans interpellé dans l'Hérault

Selon France Bleu Hérault, la jeune fille, âgée de 12 ans au début de la relation en 2016, explique avoir vécu une histoire d'amour. 

Image d\'illustration gendarmes
Image d'illustration gendarmes (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

Dans l'Hérault, un homme de 54 ans interpellé fin juillet à Castries est soupçonné d'avoir eu, pendant deux ans, des rapports sexuels avec une pré-adolescente âgée de 12 ans au début de la relation, en 2016, rapporte jeudi 9 août France Bleu Hérault. La jeune fille affirme qu'il s'agissait d'une véritable histoire d'amour.

Grimé en photographe pour approcher la pré-adolescente

L'homme, père de famille, s'était fait passer pour un photographe pour approcher la pré-adolescente, amie de sa nièce, lors de l'été 2016. Il s'est ensuite rendu chez la jeune fille à plusieurs reprises en l'absence de sa mère, sous prétexte de prendre des photos. La relation du quinquagénaire et de la collégienne aurait peu à peu évolué vers des relations sexuelles.

Une histoire d'amour selon la collégienne

La pré-adolescente affirme, SMS à l'appui, qu'il s'agissait d'une réelle histoire d'amour. L'homme interpellé reconnaît les faits et assure, lui aussi, être attaché à l'adolescente, et avoir fait abstraction de son âge.

Le quinquagénaire a été mis en examen pour viol et corruption de mineur, et incarcéré. 

Le Parlement a définitivement adopté, le 1er août, le projet de loi contre les violences sexistes qui a notamment pour objectif affiché de renforcer la répression des abus sexuels de mineurs.

Pour qu'un viol sur mineur de 15 ans soit reconnu, il faut prouver qu'il y a eu "contrainte, menace ou surprise". Le texte précise que "la contrainte morale ou la surprise sont caractérisées par l'abus de vulnérabilité de la victime ne disposant pas du discernement nécessaire pour ces actes". Cette contrainte morale peut résulter "de la différence d'âge existant entre la victime et l'auteur des faits et de l'autorité de droit ou de fait que celui-ci exerce sur la victime, cette autorité de fait pouvant être caractérisée par une différence d'âge significative entre la victime mineure et l'auteur majeur."