Cet article date de plus de sept ans.

Qui est le principal suspect du meurtre du soldat à Londres ?

Portrait de Michael Adebolajo, jeune Britannique converti à l'islam au début des années 2000.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Capture d'écran d'une vidéo d'un des deux agresseurs d'un soldat britannique, égorgé le 22 mai 2013 dans le quartier de Woolwich, à Londres. (THE SUN / AFP)

Ses mains rouges de sang et son hachoir fermement tenu ont marqué ceux qui ont vu la vidéo tournée après le meurtre d'un soldat britannique dans le quartier de Woolwich, à Londres. Mais qui se cache derrière Michael Adebolajo, 28 ans, le principal suspect de cet assassinat ? Les médias britanniques regorgent d'informations à son sujet, vendredi 24 mai. Portrait.

Un garçon bien sous tous rapports

"Il avait les pieds sur terre, c'était un gentil gars, il n'y avait rien chez lui qui aurait pu vous faire penser que tout cela allait arriver." Les anciens camarades de classe de Michael Adebolajo, dont certains témoignent dans le Daily Mirror*, se rejoignent tous sur ce point : le principal suspect, fils d'immigrés nigérians et né à Londres en 1984, avait tout du "garçon normal", sans problème et bon élève. 

"Il était vraiment sympa et très poli", ajoute une de ses anciennes petites amies dans The Independent. "C'était un garçon charmant. Il passait du temps avec ma famille et je faisais de même avec la sienne. C'était quelqu'un de très axé sur la famille." Rap, jeux vidéo, football, un peu de drogue parfois, mais jamais d'alcool : ses loisirs n'ont rien d'alarmant. Tous les témoignages décrivent un garçon drôle et sage, dont la famille chrétienne, très pieuse, "croyait dans l'intégration", note le Daily Mail. "Michael semble s'être forgé des amitiés avec des élèves de toutes les couleurs et de toutes les croyances." 

Un adolescent aux mauvaises fréquentations

Tout se complique au début des années 2000. D'abord installée à Romford, la famille déménage à Saxilby en raison des fréquentations de Michael. "Il a commencé à voir d'autres personnes. (...) Ils volaient les portables des gens et avaient des couteaux", explique une amie citée par The Guardian. Mais depuis, pas de nouvelles. "Personne ne lui a parlé depuis le déménagement car sa mère voulait l'éloigner de tout le monde." 

Malgré tout, les relations entre Michael et ses parents se détériorent. Un voisin, interrogé par The Independent, raconte comment l'adolescent a détruit le pare-brise de la voiture familiale lors d'une dispute. 2003 semble être une année charnière pour lui : le jeune homme quitte l'université de Greenwich, se convertit à l'islam et change son nom en Mujahid ("Celui qui s'engage dans le jihad"). 

Un jeune homme converti puis vite radicalisé

Il commence alors à fréquenter une organisation islamiste extrémiste, Al-Muhajiroun, interdite après les attentats de 2005 perpétrés à Londres. Anjem Choudary, son ancien leader, témoigne dans The Independent : "Je l'ai connu sous le nom de Mujahid et il a assisté à mes meetings et à mes exposés." Michael Adebolajo apparaît ainsi lors d'un rassemblement londonien en 2007. 

France 2 - Jacques Cardoze et Nicolas Hameon

"Je ne dirais pas que c'est un membre" du mouvement, nuance toutefois Choudary. Selon lui, le jeune homme a "disparu pendant deux ans". "Je ne sais pas les influences qu'il a pu avoir depuis", dit-il. Quelles qu'elles soient, Michael Adebolajo était, selon la BBC, connu des services de sécurité.

* Tous les liens mentionnés renvoient vers des articles en anglais.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.