Cet article date de plus de huit ans.

Meurtre du soldat à Londres : les renseignements britanniques ont essayé de recruter le suspect

C'est ce qu'a affirmé vendredi un ami du suspect accusé meurtre d'un soldat britannique dans le quartier de Woolwich. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Capture d'écran d'une vidéo d'un des deux agresseurs d'un soldat britannique, égorgé le 22 mai 2013 dans le quartier de Woolwich, à Londres. (THE SUN / AFP)

Trois jours après le meurtre d'un soldat britannique dans le quartier de Woolwich, à Londres, les services de renseignements britanniques sont sur la sellette. Le MI5 (services de renseignements intérieurs) a tenté de recruter Michael Adebolajo, qui a revendiqué le meurtre d'un soldat mercredi 23 mai à Londres. C'est ce qu'a affirmé vendredi soir à la BBC (article en anglais) un des amis du suspect.

Selon lui, Michael Adebolajo a rejeté l'offre du MI5 de travailler pour les renseignements intérieurs. Ils n'ont cessé de l'appeler, après un séjour au Nigeria. "En gros, il a été harcelé par le MI5, c'est quelque chose qu'il m'a précisément dit", a déclaré Abou Nusaybah qui a fait la connaissance de Michael Adebolajo en 2002. Les services de renseignements intérieurs voulaient lui demander s'il connaissait certaines personnes, a-t-il raconté à la chaîne de télévision britannique. "Après leur avoir dit qu'il ne connaissait pas ces personnes et ainsi de suite, ils lui ont demandé s'il ne voulait pas travailler pour eux", a précisé Abou Nusaybah.

Arrêté après l'interview

La BBC a indiqué que l'ami du suspect avait été arrêté après son interview. La police a de son côté annoncé que des agents du contre-terrorisme britannique ont arrêté vendredi soir à Londres un homme de 31 ans soupçonné de préparer ou de vouloir commettre des actes terroristes. Des perquisitions ont également été menées dans deux maisons de l'est de la capitale, a précisé Scotland Yard.

La police n'a pas indiqué si cette arrestation avait un lien direct avec le meurtre du soldat Lee Rigby, tué à l'arme blanche lors de l'attaque de deux islamistes présumés mercredi dans une rue de Londres. L'homme a été arrêté vendredi soir par des policiers du service anti-terroriste de Scotland Yard, dans le cadre du Terrorism Act 2000, une loi anti-terroriste britannique promulguée en 2000. Il a été placé en détention dans un commissariat du sud de Londres.

Une nouvelle affaire Merah ?

Les services de sécurité britanniques sont sous pression pour expliquer comment les deux meurtriers présumés d'un soldat en plein Londres, et particulièrement Michael Adebolajo, un jeune chrétien d'origine nigériane converti à l'islam radical, ont pu échapper à leurs filets. Selon les médias britanniques, les deux suspects étaient fichés comme militants islamistes au MI5. Et la polémique ne cesse de grandir à mesure que l'on se demande si ce passage à l'acte était évitable. Marianne n'hésite pas à faire le parallèle avec l'affaire Merah, du nom du petit délinquant des cités toulousaines rallié à un islam radical, a assassiné au nom du jihad trois parachutistes, trois enfants et un enseignant juifs entre le 11 et le 19 mars 2012 à Toulouse et Montauban.

Michael Adebolajo, 28 ans, et son complice présumé, Michael Adebowale, 22 ans, qui ont été blessés par la police sur les lieux du drame, sont toujours à l'hôpital vendredi, mais leur vie n'est pas en danger, selon la police.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Meurtre terroriste de Londres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.