Cet article date de plus de sept ans.

Meurtre d'un soldat à Londres : les deux accusés plaident non coupables

Bientôt jugés pour avoir égorgé un militaire britannique en pleine rue au mois de mai, ils nient le meurtre et se présentent comme des "combattants islamiques".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Michael Adebolajo, l'un des deux accusés du meurtre d'un soldat britannique commis le 22 mai 2013 à Londres, photographié ici le 23 novembre 2010, à Mombasa (Kenya). (MAXPPP)

Les deux Britanniques convertis à l'islam inculpés et incarcérés pour le meurtre d'un soldat en pleine rue à Londres, le 22 mai dernier, ont plaidé non coupables, vendredi 27 septembre. Avant leur procès prévu en novembre, Michael Adebolajo, 28 ans, et Michael Adebowale, 22 ans, ont comparu par vidéoconférence devant le tribunal londonien d'Old Bailey. Les deux hommes sont accusés d'avoir poignardé à mort, en plein jour, le soldat Lee Rigby, à proximité de sa caserne de Woolwich. Un meurtre qu'ils ont nié lors de leur comparution, vendredi.

En entendant les deux hommes refuser d'endosser la responsabilité du meurtre de son mari, la veuve du militaire, Rebecca Rigby, s'est effondrée en larmes. Les deux accusés ont également nié deux autres chefs d'inculpation concernant une tentative de meurtre de policier. Michael Adebolajo a demandé à se faire appeler "Mujaahid Abu Hamza", évoquant sa qualité de combattant islamique, tandis que Michael Adebowale s'est présenté sous le nom d'Ismail Ibn Abdullah. Leur procès doit commencer le 18 novembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.