Trappes : une adolescente voilée porte plainte pour agression

Deux hommes l'auraient menacée avec un "objet tranchant" avant de lui arracher son voile.

Des policiers déployés à Trappes (Yvelines) le 20 juillet 2013, après des émeutes provoquées par le contrôle d\'identité d\'une femme voilée.
Des policiers déployés à Trappes (Yvelines) le 20 juillet 2013, après des émeutes provoquées par le contrôle d'identité d'une femme voilée. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Une femme voilée aurait de nouveau été agressée en banlieue parisienne. Une adolescente voilée a déposé plainte, mardi 13 août, au commissariat de Trappes (Yvelines). La jeune fille de 16 ans dit avoir été victime la veille d'une agression à caractère islamophobe, dans cette ville où des émeutes avaient éclaté après le contrôle par la police d'une femme voilée.

Les faits seraient survenus lundi en fin d'après-midi, aux alentours de 17h45, à proximité du square Berlioz, proche de l'Union des musulmans de Trappes. Aucun témoin visuel direct n'a pu encore corroborer les propos de la jeune fille, précisent des sources policières et judiciaires à l'AFP, confirmant une information du Parisien. Deux hommes auraient abordé l'adolescente, lui montrant un "objet tranchant". Ils lui auraient ensuite arraché son voile et porté un coup à l'épaule. D'après le témoignage de la jeune fille, les faits auraient été doublés d'insultes à caractère islamophobe et les agresseurs, de "type européen", dont un avait le crâne rasé, auraient pris la fuite à bord d'un véhicule.

Une enquête ouverte

Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur précise que les deux hommes ont "fait chuter au sol" la jeune fille et l'ont frappée. Ils ont été mis en fuite par un jeune homme. Une amie de l'adolescente a prévenu les pompiers peu après. Une source policière a fait état de "griffures (…) très superficielles" sur le visage et la gorge de la jeune fille. Le parquet a chargé la sûreté départementale des Yvelines de l'enquête.

Manuel Valls "condamne avec sévérité cette nouvelle manifestation de haine et d'intolérance anti-musulmane qui porte atteinte aux valeurs de la République et au principe de liberté de conscience". L'association militante du Collectif contre l'islamophobie en France fustige sur son site internet "une agression islamophobe, raciste et sexiste (…) il y a clairement une volonté de la part des agresseurs de faire mal physiquement et psychologiquement".