VIDEO. Saint-Etienne-du-Rouvray : "c'était un garçon poli avec tout le monde", se souvient le père de l'un des terroristes

Franck Petitjean, le père Abdel Malik Petitjean, l'un des deux assassins du curé de Saint-Etienne-du-Rouvray, s'est confié à une équipe de France 3 Aquitaine.


Franck Petitjean témoigne sur la vie de son fils Abdel Malik
FRANCE 3 AQUITAINE

C'est par la presse que Franck Petitjean, qui vit à Bordeaux, a appris que son fils Abdel Malik Petitjean était l'un des deux assassins du curé de Saint-Etienne-du-Rouvray. A une équipe de France 3 Aquitaine, il a dit, samedi 30 juillet, refuser "ce qu'il a fait".

"Je refuse que ça soit lui. Ca ne peut pas être Malik", a insisté Franck Petitjean. "C'était un brave garçon, poli avec tout le monde, un joueur de foot. Il a eu son bac, il devait passer son permis, partir travailler dans la grande distribution, comme représentant, avoir un avenir, des enfants. Malheureusement, il n'en aura jamais. Ce n'est pas possible que Malik ait fait ça".

"Ils lui ont monté la tête"

Franck Petitjean pense que son fils a été manipulé : "Je savais très bien qu'il allait à la mosquée d'Aix-les-Bains, il m'avait envoyé des photos. Il me l'a dit et j'étais fier de lui, car il fait le ramadan depuis tout jeune. C'était un vrai musulman, mais il est tombé sur de mauvaises fréquentation qui lui ont monté la tête, lui ont lavé le cerveau". Selon le père, "Malik était très crédule, dès qu'on lui disait quelque chose, il le croyait".

Aujourd'hui, Franck Petitjean s'inquiète pour la soeur d'Abdel Malik. Elle serait en voie de radicalisation.

Franck Petitjean, le père d\'Abdel Malik Petitjean, à Bordeaux, le 30 juillet 2016.
Franck Petitjean, le père d'Abdel Malik Petitjean, à Bordeaux, le 30 juillet 2016. (FRANCE 3 AQUITAINE)