Cet article date de plus de cinq ans.

Mgr Dominique Lebrun : l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray "a été souillée"

"Dans la maison de Dieu, il y a eu un crime. C'est, pour nous croyants, une offense à Dieu terrible," s'est confié Dominique Lebrun, l’archevêque de Rouen à  France Bleu Normandie, à deux jours de la réouverture de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Monseigneur Dominique Lebrun, l’archevêque de Rouen, le 14 septembre 2016 au Vatican (TIZIANA FABI / AFP)

Deux mois après l’attentat et à deux jours de la réouverture de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, en Seine-Maritime, Monseigneur Dominique Lebrun, l’archevêque de Rouen, est revenu en détail sur France Bleu Normandie vendredi 30 septembre sur l'attaque survenue le 26 juillet.

"Les assassins ont fait des gestes terribles pour nous chrétiens, moins terrible que le meurtre. Ils ont arraché une croix qui était scellée dans le mur. Ils ont renversé le grand cierge que nous allumons le jour de la fête de la résurrection de Jésus à Pâques. Ils sont allés vers la statue de la Vierge Marie et ils ont retiré le chapelet. Enfin, ils ont donné plusieurs dizaines de coups de couteaux sur la table de l'autel en s'acharnant sur cet autel qui est en bois de chêne" a-t-il détaillé.

Dans la maison de Dieu, il y a eu un crime

Monseigneur Dominique Lebrun

archevêque de Rouen

Dimanche lors de la messe, à laquelle assisteront des représentants du culte musulman, il s'agira de "laver" l'église qui "a été souillée". "Dans la maison de Dieu, il y a eu un crime. C'est pour nous croyants une offense à Dieu terrible. L'église donc a été souillée. Nous allons comme la laver. Il y a aura une aspersion avec de l'eau bénite sur les murs sur l'autel et sur le peuple de Dieu", a-t-il expliqué.

"Je ne fais pas le fier parce qu'il y a de l'émotion et je partage l'émotion des Stéphanais" a-t-il ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Saint-Etienne-du-Rouvray

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.