L'Etat islamique revendique l'attaque d'une église de Saint-Etienne-du-Rouvray

Le prêtre Jacques Hamel a été assassiné, mardi, tandis qu'une autre personne a été grièvement blessée. Les deux assaillants ont, quant à eux, été abattus par la police.

Devant l\'hôtel de ville de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), le 26 juillet 2016. 
Devant l'hôtel de ville de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), le 26 juillet 2016.  (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Par le biais de son agence Amaq, l'organisation Etat islamique (EI) a revendiqué l'attaque dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen (Seine-Maritime). Dans son communiqué, publié mardi 26 juillet, quelques heures après la prise d'otages meurtrière survenue pendant la messe, l'organisation évoque une attaque perpétrée par "deux soldats".

>> Saint-Etienne-du-Rouvray : les dernières informations dans notre direct

Le prêtre Jacques Hamel a été assassiné à l'arme blanche, tandis qu'une autre personne a été grièvement blessée. Les deux assaillants ont, quant à eux, été abattus par la police. 

"Des terroristes se revendiquant de Daech" 

Quelques minutes avant cette revendication, François Hollande a assuré que l'attaque avait été commise par des "terroristes se revendiquant de Daech [acronyme arabe désignant le groupe Etat islamique]". Sur place, il a précisé que la France mènerait la "guerre" contre l'EI "par tous les moyens."

"Nous sommes face à un groupe, Daech, qui nous a déclaré la guerre. Nous devons mener cette guerre, par tous les moyens, dans le respect du droit, ce qui fait que nous sommes une démocratie", a-t-il déclaré à Saint-Etienne-du-Rouvray, à quelques mètres de l'église où le prêtre a été égorgé.

Dénonçant dans un communiqué un "ignoble attentat terroriste", le président a adressé "la solidarité et la compassion de la Nation" aux familles des victimes de l'attaque.