Une clé USB avec les noms de plus de 2 000 fonctionnaires de police retrouvée chez une jeune femme radicalisée

Cette femme âgée de 25 ans est actuellement entendue dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de deux policiers en juin 2016 à Magnanville (Yvelines).

Quatre policiers de dos, le 30 novembre 2017, à Paris.
Quatre policiers de dos, le 30 novembre 2017, à Paris. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Une clé USB contenant un fichier avec plus 2 000 noms de fonctionnaires de police a été retrouvée en octobre 2017 lors d'une perquisition chez une jeune femme fichée S. Elle est actuellement entendue dans l'enquête sur l'assassinat de deux policiers en juin 2016 à Magnanville (Yvelines), a indiqué à franceinfo une source proche du dossier, mardi 10 avril, confirmant une information du Point.

Ce document provient d’un listing administratif des personnels transmis aux syndicats de police. Il contient des noms sans adresse ni date de naissance, selon les informations de France 2. Il date de 2008. Selon les policiers, il ne représente aucun danger, d'après les informations de France 2.

Soupçonnée d'avoir hébergé une candidate au jihad

Cette jeune femme de 25 ans, soupçonnée d'avoir hébergé une candidate au jihad, faisait l'objet d'une enquête préliminaire pour association de malfaiteurs terroriste. Elle a été mise en examen en octobre dernier. C'est lors des perquisitions menées dans le cadre de cette enquête que la clé USB a été découverte.

Les noms de Jean-Baptiste Salvaing et de Jessica Schneider, les deux policiers assassinés à Magnanville, n'apparaissent pas sur cette clé USB, a précisé cette source à franceinfo. En revanche, toujours selon cette source, il existe des "éléments de contact" entre le frère de la jeune femme et le tueur, Larossi Aballa.

Déjà six gardes à vue

Depuis lundi, six personnes sont en garde à vue dans l'enquête sur l'assassinat des policiers, dont cette jeune femme radicalisée et son frère. Une policière, major de police des Yvelines et ancienne déléguée départementale du syndicat Alliance fait également partie des gardés à vue tout comme son fils et sa fille. La fonctionnaire de police avait hébergé la jeune femme fichée S. La policière avait fait l'objet d'une enquête de l'IGPN en 2016, mais rien n'avait été retenu contre elle à l'époque.

Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider ont été assassinés chez eux, le 13 juin 2016, sous les yeux de leur petit garçon, par Larossi Abballa, un homme se revendiquant de Daech. Le tueur avait été abattu par le Raid. Trois hommes ont déjà été mis en examen dans le cadre de cette enquête.