Fusillade à Strasbourg : les proches des victimes parlent

La fusillade survenue à Strasbourg (Bas-Rhin) mardi 11 décembre au soir a fait deux morts et 14 blessés, dont trois en urgence vitale. Un homme est en état de mort cérébrale. L'une des victimes est thaïlandaise, deux autres viennent des Vosges.

FRANCE 3

Il est l'un des visages de la tragédie qui s'est jouée mardi 11 décembre au soir : Kamal, 45 ans, père de deux enfants et originaire d'Afghanistan. Touché d'une balle dans la tête, il a été plongé dans le coma mardi soir. Sa famille et ses proches décrivent un homme apprécié de tous. Kamal travaillait comme garagiste. Il avait quitté l'Afghanistan pour se réfugier en France en 2004.

Le pronostic vital de plusieurs blessés reste engagé

Il fait partie des très nombreuses victimes par balle conduites immédiatement à l'hôpital. Du jamais-vu, déplorent les médecins strasbourgeois. "Nous avons déjà eu, certes, des plaies par balle, fusil ou pistolet, mais qui sont en général isolées, deux ou trois victimes... Mais pas autant qu'on en a eu là. C'est la première fois", regrette Pascal Bilbault, responsable du Samu et des urgences de Strasbourg. Mercredi 12 décembre au soir, le corps médical confirme que le pronostic vital de plusieurs blessés est toujours engagé à court terme.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme allume une bougie en hommage aux victimes d\'une fusillade dans le centre-ville de Strasbourg, le 12 décembre 2018. 
Un homme allume une bougie en hommage aux victimes d'une fusillade dans le centre-ville de Strasbourg, le 12 décembre 2018.  (PATRICK HERTZOG / AFP)