Attentat à Strasbourg : "La ville est en deuil" après cet "acte terroriste" explique le maire Roland Ries

Roland Ries, le maire PS de Strasbourg, s'est dit "personnellement consterné par ce qui est arrivé" mardi.

Roland Ries, maire de Strasbourg, le 15 juin 2017.
Roland Ries, maire de Strasbourg, le 15 juin 2017. (JEAN-MARC LOOS / MAXPPP)

"La ville est en deuil" et "je suis personnellement consterné par ce qui est arrivé", a déclaré mercredi 12 décembre le maire de Strasbourg, Roland Ries, évoquant un "acte terroriste", après qu'un homme a ouvert le feu sur la foule mardi soir sur le marché de Noël de la ville, faisant trois morts et 13 blessés, dont neuf graves, selon un dernier bilan.

Selon Roland Ries, "six personnes sont entre la vie et la mort", "certaines d'entre elles" ont reçu "une balle dans la tête". "L'une des victimes décédées est d'origine thaïlandaise, une autre française", a poursuivi le maire socialiste de Strasbourg. "Ce sont des gens qui étaient en train de quitter le marché de Noël puisque cela s'est passé juste avant 20 heures, au moment où ferme le marché de Noël."

"On tirera les conséquences ultérieurement"

Comment l'auteur des coups de feu a-t-il pu pénétrer dans l'enceinte du marché de Noël avec des armes ? "Je ne veux surtout pas entrer dans une quelconque polémique à ce stade, on tirera les conséquences ultérieurement (…) On a créé depuis plusieurs années ce qu'on appelle une bulle dans laquelle on rentre après avoir été fouillé. Je ne sais pas dans quelles circonstances cet individu a réussi à franchir avec des armes ce cordon, je pense que l'enquête le dira", a expliqué Roland Ries.

Le suspect, âgé de 29 ans et fiché S, était "connu pour des problèmes judiciaires divers et variés, extorsion, cambriolages, du droit commun et là il est passé à l'acte terroriste", a indiqué le maire de Strasbourg.

L'essentiel sur la fusillade à Strasbourg

• Traque du suspect, réactions... Suivez notre direct >> à lire ici

• Ce que l'on sait de la fusillade >> à lire ici

• Qui est l'auteur présumé de la fusillade ?  >> à lire ici