Attentat de Strasbourg : le parquet antiterroriste requiert le renvoi de cinq hommes devant la cour d'assises spéciale

Le 11 décembre 2018, Chérif Chekatt avait pénétré, armé d'un revolver et d'un couteau, dans le centre historique de Strasbourg, commettant un attentat qui avait fait cinq morts et 11 blessés.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un policier armé au marché de Noël de Strasbourg, le jour de sa réouverture, le 14 décembre 2018, après l'attentat qui avait fait cinq morts et 11 blessés (PATRICK HERTZOG / AFP)

Le parquet national antiterroriste a requis le renvoi de cinq hommes devant la cour d'assises spéciale dans le cadre de l'information judiciaire sur l'attentat décembre 2018 à Strasbourg, a appris franceinfo de source judiciaire mercredi 30 novembre, confirmant une information des Dernières Nouvelles d'Alsace. Cet attentat avait fait cinq morts et 11 blessés. C'est maintenant au juge d'instruction de dire s'il y aura procès ou non.

Le Parquet national antiterroriste (Pnat) demande à ce que le chef d'association de malfaiteurs terroriste soit retenu contre un seul des cinq suspects, Audrey Mondjehi, soupçonné d'avoir mis l'assaillant en relation avec une famille de gens du voyage sédentarisés qui lui a fourni l'arme qu'il utilisera pour l'attaque.

Le parquet demande aussi qu'il soit jugé pour complicité d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste, de tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et de tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste. Le Pnat demande à ce que les quatre autres soient jugés pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes. Ils sont membres de la famille qui a fourni un revolver au terroriste.

Ces cinq hommes sont mis en examen, quatre d'entre eux sont en détention provisoire. Malgré cela, l'hypothèse d'une entreprise personnelle est privilégiée par les enquêteurs, selon France Bleu Alsace. L'assaillant, Chérif Chekatt, qui a attaqué des passants dans le marché de Noël de Strasbourg, a été abattu par une patrouille de police deux jours après les faits. L'État islamique a revendiqué l'attaque mais aucun lien n'a été avéré pour l'instant entre l'assaillant et le groupe jihadiste.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attentat à Strasbourg

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.