Attentat à Strasbourg : sept personnes mises en garde à vue dans l'entourage de Cherif Chekatt

En duplex depuis Strasbourg (Bas-Rhin), la journaliste Anne-Claire Poignard fait le point sur le travail des enquêteurs depuis la mort de Cherif Chekatt.

Sept personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'attentat perpétré mardi 11 décembre à Strasbourg (Bas-Rhin). Quels sont les derniers éléments ? En duplex sur place, la journaliste Anne-Claire Poignard évoque la garde à vue de "sept personnes dans l'entourage proche de Cherif Chekatt, parmi lesquelles un couple d'amis la nuit dernière [jeudi 13 décembre]". "Des proches qui sont auditionnés en ce moment même par les policiers, car l'enquête ne fait que commencer. Tout l'enjeu est maintenant de déterminer s'il a agi seul, de sa propre initiative, si son acte était prémédité. Autre question : a-t-il bénéficié d'une aide, d'un soutien logistique pendant les 48 heures de sa cavale ? Ce qui est certain, c'est qu'il connaissait par cœur le quartier où il a fini sa course, puisque c'est là qu'il a grandi, c'est là qu'il a été scolarisé", ajoute-t-elle.

Une revendication "totalement opportuniste"

"Les enquêteurs sont en train de reconstituer minute par minute chaque étape de sa cavale pour tenter d'établir si oui ou non il a été en contact avec d'éventuels complices. Après sa mort, son attaque avait été revendiquée par le groupe État islamique. Une revendication qualifiée de 'totalement opportuniste' par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers près de l\'endroit où Cherif Chekkat a été abattu, le 13 décembre 2018 à Strasbourg. 
Des policiers près de l'endroit où Cherif Chekkat a été abattu, le 13 décembre 2018 à Strasbourg.  (ALAIN JOCARD / AFP)