Enseignant décapité : il y a eu des échanges entre l'assaillant et un parent d'élève qui avait appelé au renvoi de Samuel Paty

Le père de famille est actuellement en garde à vue.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vidéo postée le 9 octobre sur la page Facebook de la grande mosquée de Pantin montrant l'homme mis en examen mettant en cause Samuel Paty. Ce post a depuis été supprimé.  (CAPTURE D'ÉCRAN)

Il y a eu des échanges de messages écrits par téléphone avant l'attaque de vendredi entre l’assaillant et le parent d’élève qui avait appelé au renvoi de Samuel Paty, a appris mardi 20 octobre franceinfo de source proche de l'enquête. Cette source ne précise pas la nature de ces contacts.

>> Professeur assassiné : suivez les évolutions de l'enquête dans notre direct

Le père de famille, qui est actuellement en garde à vue, avait communiqué son numéro de téléphone dans la vidéo postée sur les réseaux sociaux qui dénonçait le fait que l'enseignant ait montré des caricatures de Mahomet en classe.

16 personnes en garde à vue

Actuellement, 16 personnes sont toujours en garde à vue, dont le père de famille mais aussi le militant islamiste Abedlhakim Sefrioui. Ces deux hommes s'étaient exprimés dans des vidéos postées sur internet.

Samuel Paty était visé par une plainte déposée par ce parent d'élève le 8 octobre. Entendu le 12 octobre par les policiers, le professeur a répondu avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves et a démenti la présence de la fille du plaignant ce jour-là dans la classe. Il a alors déposé plainte à son tour pour diffamation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.