Assassinat de Samuel Paty : une collégienne avoue avoir menti et regrette

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Assassinat de Samuel Paty : une collégienne avoue avoir menti et regrette
France 2
Article rédigé par
L. Audebert, V. Labenne - France 2
France Télévisions

Dans l’enquête sur l’assassinat de Samuel Paty, selon "Le Parisien", l’adolescente qui accusait l’enseignant d’islamophobie a avoué au juge avoir menti. Elle n’était pas présente lors du cours sur les caricatures de Charlie Hebdo. 

Elle est finalement revenue sur ses déclarations. La collégienne de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), qui avait accusé Samuel Paty d’avoir stigmatisé les élèves musulmans, avoue avoir menti. “Je n’étais pas là le jour des caricatures”, aurait-elle déclaré selon Le Parisien. Une phrase qu’elle aurait prononcée lors de sa mise en examen pour dénonciation calomnieuse. Absente du collège le jour du cours, l’adolescente aurait voulu cacher à son père le motif réel de son expulsion pour absentéisme chronique.

Désormais scolarisée dans un autre collège

Un aveu qui change tout, puisque c’est de là qu’est parti la polémique conduisant à l’assassinat de l’enseignant le 16 octobre 2020. Toujours selon Le Parisien, la collégienne a expliqué avoir regretté son mensonge : “Si je n’avais pas dit ça à mon père, il n’y aurait pas eu tout ça et ça n’aurait pas pris cette ampleur. Après une période de cours par correspondance, l’adolescente a repris sa scolarité loin de son ancien collège. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.