Assassinat de Samuel Paty : l’adolescente qui avait accusé le professeur reconnaît avoir menti

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Assassinat de Samuel Paty : l’adolescente qui accusait le professeur reconnaît avoir menti
France 2
Article rédigé par
N.Perez, T.Cuny, P.Caron, P.Goldmann - France 2
France Télévisions

La collégienne qui avait accusé Samuel Paty d’islamophobie a avoué n’avoir finalement pas été présente durant le cours d’histoire en question. 

La collégienne qui avait accusé Samuel Paty d'islamophobie n’a en réalité jamais assisté au cours durant lequel ont été présentées des caricatures de Charlie Hebdo. L'enseignant n’a donc pas pu l’exclure de ce cours. Dans les PV d’audition, consultés par France Télévisions, elle explique avoir "menti sur ce truc". "Je n’ai pas vu les caricatures, c’est une fille de ma classe qui me les a montrées", ajoute-t-elle.  

"Je ne voulais pas décevoir mon père"

Pourquoi avoir alors accusé Samuel Paty ? "Pour exister aux yeux de mon père", justifie l’adolescente. "Je ne voulais pas décevoir mon père qui me compare toujours à ma jumelle plus assidue à l’école", a-t-elle en effet déclaré aux enquêteurs. Elle dit aujourd’hui regretter son mensonge, qui a coûté la vie à Samuel Paty, assassiné quelques jours plus tard par Abdoullakh Anzorov. "Elle ne connaissait pas du tout (…) l’assaillant, assure de son côté son avocat, Me. Mbeko Tabula. (…) Elle n’était pas en contact avec lui, elle n’a jamais souhaité la mort de Monsieur Paty." Aujourd’hui mise en examen pour dénonciation calomnieuse, l'adolescente a été placée sous contrôle judiciaire.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.