Bonbonnes de gaz : trois personnes mises en examen et placées en détention provisoire

Les trois individus qui avaient été déférés, dans l'affaire des bonbonnes de gaz, ont été mis en examen pour "tentative d'assassinat en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste" et placés en détention provisoire.

Quatre bonbonnes de gaz ont été découvertes dans le hall et à l\'extérieur d\'un immeuble du 16e arrondissement de Paris, dans la nuit du 29 au 30 septembre 2017.
Quatre bonbonnes de gaz ont été découvertes dans le hall et à l'extérieur d'un immeuble du 16e arrondissement de Paris, dans la nuit du 29 au 30 septembre 2017. (GOOGLE STREET VIEW)

Dans l'affaire des bonbonnes de gaz découvertes au pied d'un immeuble du XVIe arrondissement de Paris, les trois individus qui avaient été déférés vendredi 7 octobre dans la soirée, Aymen B., Sami B. et Amine A., ont été mis en examen pour "tentative d'assassinat en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste" et placés en détention provisoire tard dans la soirée, a appris franceinfo de source judiciaire. Il s'agit de trois hommes âgés de 28 à 30 ans dont deux sont fichés pour radicalisation islamiste.

Deux individus fichés pour radicalisation islamiste

Lors d'une conférence de presse, le producteur de la République de Paris, François Molins, a indiqué que l'ADN de Aymen B, fiché S depuis 2016 "en raison d'un prosélytisme pro-Daech", a été rapidement identifié sur le jerricane et les sacs à gravats. "Cet individu avait fait l'objet d'un contrôle, il y a quelques jours, par les CRS sur la nationale 118, alors qu'il faisait sa prière sur la bande d'arrêt d'urgence, en compagnie d'Amine A. né en 1997". Cet homme est également, fiché S, et était connu pour avoir été placé en garde à vue le 26 mars 2013, "dans le dossier Forsane Alizza".

Dans ce dossier, trois autres personnes avaient été interpellées et placées en garde à vue avant d'être remises en liberté, vendredi, sans poursuites.