Attentat de la rue Copernic : non-lieu et libération du principal suspect

Sur le plateau du 13 Heures de France 2, Dominique Verdeilhan commente le non-lieu et la libération du principal suspect de l'attentat de la rue Copernic décidés ce vendredi 12 janvier par les juges.

Cette vidéo n'est plus disponible

Il y a 37 ans, à Paris le 3 octobre 1980, l'explosion d'une bombe rue Copernic faisait quatre morts. Ce vendredi 12 janvier, les juges ont ordonné un non-lieu dans cette affaire et la libération du principal suspect. "On imagine la douleur des victimes qui attendent depuis 37 ans une réponse judiciaire, un procès, une condamnation. C'est une décision inattendue, d'autant plus que le parquet, il y a quelques mois, avait requis le renvoi devant les assises de l'unique suspect de cet attentat. C'est un Libano-Canadien, Hassan Diab", rappelle Dominique Verdeilhan.

L'homme clame son innocence

L'attentat a eu lieu en 1980, mais il a fallu attendre 2008 pour que le suspect soit arrêté au Canada en vertu d'un mandat d'arrêt international, puis attendre 2014 pour qu'il soit extradé en France et finalement mis en examen. "Depuis, l'homme clame son innocence, évoque une homonymie. Son ex-épouse avance un alibi, ce qui a fini par mettre le doute dans l'instruction. Ce qui explique ce non-lieu d'aujourd'hui", commente le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Hassan Diab, accusé d\'être impliqué dans l\'attentat de la rue Copernic en 1980, le 14 novembre 2008 à Ottawa (Canada).
Hassan Diab, accusé d'être impliqué dans l'attentat de la rue Copernic en 1980, le 14 novembre 2008 à Ottawa (Canada). (RONN SUTTON / CANWEST NEWS SERVICE / AFP)