Le récit du double attentat de Copenhague, heure par heure

Les fusillades, contre un centre culturel et une synagogue, faisant deux morts civils et cinq blessés policiers, ont eu lieu à une dizaine d'heures d'intervalle. Un suspect a ensuite été tué dans une autre partie de la ville.

Des policiers montent la garde, à Copenhague (Danemark), le 15 février 2015. 
Des policiers montent la garde, à Copenhague (Danemark), le 15 février 2015.  (CLAUS BJORN LARSEN / AFP)

Trois morts dont le terroriste présumé, cinq blessés, et une ville en état d'alerte. Copenhague, la capitale du Danemark, a été le théâtre de deux attentats fusillades, samedi 14 février, visant un centre culturel et une synagogue. Les deux attaques, perpétrées par un homme seul et dont le mode opératoire rappelle cruellement celle de Charlie Hebdo, un mois auparavant, ont eu lieu à une dizaine d'heures d'intervalle, avant que le suspect ne soit tué.

Francetv info reprend le fil des événements.

15h30 : des dizaines de coup de feu s'abattent sur un centre culturel

Dans la première attaque, un homme armé d'un pistolet-mitrailleur tire plusieurs dizaines de fois sur les participants à un débat consacré à l'islamisme et la liberté d'expression, dont un artiste suédois qui a caricaturé Mahomet, Lars Vilks. Ce dernier est l'auteur d'une des caricatures de Mahomet qui ont déclenché, en 2007, la fureur d'une partie du monde musulman et lui ont valu une tentative d'assassinat.

Programmé à 15 heures (heure de Paris) au centre culturel Krudttønden, dans un quartier aisé du nord de la capitale danoise, le débat s'intitule "Art, blasphème et liberté". Des dizaines de personnes y assistent. Il se tient sous protection policière.

L'événement a commencé il y a environ une demi-heure lorsque soudain, un tir nourri interrompt l'intervenante alors au micro. Il s'agit d'Inna Schevchenko, la militante des Femen. Sur un enregistrement diffusé par la BBC, on entend des dizaines de coups de feu qui claquent sans répit, plusieurs par seconde.

L'assistance se jette à terre dès les premières balles. L'ambassadeur de France au Danemark, François Zimeray, invité à peine plus d'un mois après les attaques de Paris, raconte : "Intuitivement je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes." Alors que la nouvelle d'une fusillade se répand, l'ambassadeur rassure sur son sort sur Twitter.

Mais tout le monde ne sort pas indemme de l'attaque. Un homme dans le public, âgé de 55 ans, est tué et trois policiers blessés. Selon les médias danois, il s'agit d'un réalisateur, Finn Nørgaard, auteur de documentaires.

Le tireur prend la fuite : traque dans Copenhague

L'assaillant quitte rapidement les lieux dans une Volkswagen Polo. La police, qui n'a pu déterminer s'il ciblait quelqu'un en particulier, se lance à sa recherche. Dans un premier temps, l'impression des enquêteurs est qu'il y avait deux hommes, dont l'un aurait aidé l'autre dans sa fuite. Mais après avoir recueilli une multitude de témoignages, la police conclut qu'il n'y en avait qu'un. L'homme ne garde pas sa voiture longtemps : il l'abandonne à deux kilomètres au nord du lieu de l'attentat, près d'une gare.

Il est filmé par des caméras de vidéosurveillance, vêtu d'une doudoune foncée, un bonnet ou une cagoule bordeaux, et un grand sac noir. À 17h07 (heure de Paris), la police rend publique l'immatriculation de cette voiture, et demande aux habitants de Copenhague de ne surtout pas tenter d'appréhender de suspect. Elle annonce à 17h54 que la voiture a été retrouvée.

Les enquêteurs diffusent à 19h23 cette description de l'assaillant: un homme "entre 25 et 30 ans, d'environ 1,85 m, athlétique, d'apparence arabe, (...) les cheveux lisses". À 20h06, ils publient une photo tirée de la bande d'une caméra de vidéosurveillance.

Entre minuit et 1 heure : une synagogue prise pour cible

La deuxième fusillade a lieu entre minuit et 1 heure, à l'extérieur de la grande synagogue de Copenhague, dans le centre-ville. Un porte-parole d'une association juive, Jeppe Jul, a raconté au quotidien suédois Dagens Nyheter que l'agresseur ressemblait à un fêtard ivre puisqu'il a vomi dans la rue. Puis il a ouvert le feu sans sommation, blessant deux policiers et tuant un juif de 37 ans qui montait la garde à l'occasion d'une Bar Mitzvah (confirmation juive), Dan Uzan. L'assaillant parvient à s'enfuir à pied.

5 heures : le tireur présumé abattu par la police

Vers 4 heures, la police reçoit le coup de fil d'un chauffeur de taxi qui pense avoir transporté l'homme recherché.

Les forces de l'ordre partent surveiller un logement dans le quartier populaire de Nørrebro où elles pensent qu'il pourrait se rendre. Vers 5 heures, l'homme arrive sur les lieux et tire sur les policiers présents, qui en répliquant le tuent.

En début de matinée, les enquêteurs annoncent que selon eux, cet homme est l'auteur des deux attaques meurtrières.