Cet article date de plus de deux ans.

Procès des attentats du 13-Novembre : Salah Abdeslam "fait le show" et "se moque de nous", déplore le père d'une victime du Bataclan

Philippe Duperron ne conteste pas le droit au silence invoqué parfois par Salah Abdeslam. Les familles des victimes réclamaient un "procès équitable". "Mais on ne peut pas dire que nous restons insensibles".

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Philippe Duperron, président de l’association 13onze15 Fraternité-Vérité et père d'une victime du Bataclan, le 22 février 2019. (DELPHINE LE NORMAND. / MAXPPP)

Salah Abdeslam "fait le show" et "se moque de nous", regrette jeudi 31 mars sur franceinfo Philippe Duperron, président de l’association 13onze15 Fraternité-Vérité et père d'une victime du Bataclan. La veille, Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos du 13-Novembre, a parfois fait valoir son droit au silence lors d'une journée d'audience au procès dédiée au récit de la nuit du 13 novembre 2015. "Si nous le laissons jouer ce jeu-là, nous nous mettons dans la position où nous serons à nouveau victimes puisque nous lui donnons la maîtrise et nous nous préparons inévitablement à des frustrations", estime Philippe Duperron.

franceinfo : Au lendemain de cette journée d'audience, quel est votre sentiment ?

Philippe Duperron : Salah Abdeslam a fait usage de son droit au silence. C'est un droit qui lui est reconnu. C'est un droit que nous ne contestons pas. C'est le mérite d'un procès équitable que nous avons toujours demandé et dont nous sommes fiers. Mais on ne peut pas dire que nous restons insensibles à ce silence alors que lui-même avait annoncé qu'il devait faire des révélations.

"Beaucoup de questions vont rester sans réponse."

Philippe Duperron, président de l’association 13onze15 Fraternité-Vérité

à franceinfo

Elles ont été égrenées par le président et les parties civiles. Au demeurant, nous sommes convaincus que le procès continuera qu'ils acceptent, lui et les autres, de répondre aux questions qui leur sont posées, ou non. Le dossier de l'accusation est solide. L'avocat général, qui était effectivement très remonté et très déçu, l'a repris point par point. Le procès continuera avec ou sans leur parole.

Que peut-on encore attendre de quelqu'un comme Salah Abdeslam qui, depuis le début de ce procès fleuve, ne cesse de faire des revirements dans son comportement ?

Je pense qu'il fait le show. L'avocat général l'a dit également dans son propos. On se met entre ses mains, il fait du teasing quelques jours avant ses prises de parole et puis ensuite, il change de pied. En fait, il se moque de nous. Si nous le laissons jouer ce jeu-là, nous nous mettons dans la position où nous serons à nouveau victimes puisque nous lui donnons la maîtrise et nous nous préparons inévitablement à des frustrations. Il ne faut pas que nous cédions à ce jeu qualifié par certains de pervers.

Quelles sont les réponses qu'attendent encore les familles ?

Il y a de multiples questions. Sur le Stade de France : comment se fait-il qu'il arrive en retard ? Pourquoi sont-ils sans ticket ? Tout ça n'a pas de sens. Qui a fourni l'argent ? Que sont-ils allé faire à l'aéroport de Roissy ? Sont-ils allés prendre quelqu'un qui n'est pas arrivé ? On ne saura jamais tout ça. Pourquoi ces cibles ? Pourquoi Abdeslam va-t-il dans le 18e arrondissement ? Donc il y a toujours un doute sur la véracité et sur la sincérité de ses propos. Est-ce qu'il a réellement renoncé à se faire exploser ? Ou est-ce que c'est une défaillance technique, comme l'a encore démontré l'expert ? Pour moi, c'est une question à laquelle nous n'avons pas vraiment la réponse.

Certaines parties civiles disent qu'elles préféreraient qu'il mente plutôt qu'il ne parle pas car c'est une façon de jouer avec elles. C'est une violence de plus ?

Les avis sont partagés. Un certain nombre pensent, au contraire, qu'il est préférable qu'il se retranche dans son droit au silence, comme il le fait, plutôt que donner des fausses vérités ou faire des affirmations telles que : "J'ai déposé ma ceinture à Montrouge mais c'est moi qui ai enlevé le bouton déclencheur et la pile pour ne pas faire de nouvelles victimes." Est-ce que c'est crédible ? Est-ce qu'on peut croire tout ce qu'il dit ? J'avoue que j'ai beaucoup de doutes et je pense qu'au contraire, certains préfèrent qu'ils se taisent plutôt que raconter des histoires difficilement crédibles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.