Le parquet de Paris ouvre une enquête après la tentative de vente d'une radio d'une blessée du 13-Novembre

Un chirurgien avait tenté de vendre aux enchères une radiographie d'une rescapée du Bataclan.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des fleurs sont déposées devant le Bataclan à Paris, le 13 novembre 2021, six ans après les attentats terroristes. (ADRIEN FILLON / HANS LUCAS / AFP)

Une enquête pour "violation du secret professionnel" a été ouverte à Paris après la tentative par un chirurgien de vendre aux enchères une radiographie d'une rescapée de l'attentat du Bataclan, le 13 novembre 2015, a rapporté le parquet de Paris, mardi 25 janvier. "Les investigations ont été confiées à la BRDP", la Brigade de répression de la délinquance aux personnes, a précisé cette source. Selon Mediapart, ce chirurgien orthopédiste réputé, Emmanuel Masmejean, a mis aux enchères sur OpenSea, un site spécialisé dans la vente d'objets numériques NFT, la radio d'une rescapée du Bataclan qu'il avait opérée, sur laquelle on voit un avant-bras transpercé par une balle de kalachnikov. Selon le site, la radio était mise en vente pour la somme de 2 776 dollars (soit 2 459 euros).

Le patron de l'AP-HP, Martin Hirsch, avait aussitôt annoncé que les hôpitaux de Paris saisiraient la justice, dénonçant un "acte scandaleux". La rescapée du Bataclan s'est quant à elle dite "extrêmement choquée" par la "démarche mercantile" et le "mépris" du médecin, a fait savoir lundi son avocate dans un communiqué.

C'est "une erreur grossière que je regrette amèrement", a répondu le même jour le médecin sur son compte Twitter. "Je me rends compte que je me suis totalement égaré dans une démarche inepte et déplacée qui a légitimement offensé ceux que j'avais eu l'honneur de soigner : les victimes d'attentats." Le médecin précise qu'il a détruit "l'œuvre en question" et assuré qu'il n'en avait "retiré aucun profit".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 13-Novembre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.