Cet article date de plus de six ans.

Drone, policiers... Quel dispositif de sécurité pour le 14-Juillet à Paris ?

Le préfet de police a détaillé, mardi, l'important dispositif mis en place pour sécuriser la capitale dans le cadre des festivités du 14-Juillet, en présence du président américain Donald Trump. 

Article rédigé par franceinfo - Louise Hemmerle
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min
Le défilé du 14-Juillet sur les Champs-Elysées, en 2016. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Le traditionnel défilé militaire du 14-Juillet sur les Champs-Elysées se déroulera sous haute sécurité. La préfecture de police a détaillé, mardi 11 juillet, l'important dispositif qui sera déployé pour assurer le bon déroulement des festivités. "Nous sommes dans un contexte où la menace terroriste reste à un niveau élevé", a rappelé Michel Delpuech, préfet de police de Paris, dans une conférence de presse à laquelle franceinfo a assisté. Voici le dispositif prévu. 

Environ 11 000 policiers et gendarmes mobilisés 

En tout, près de 11 000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour les festivités du 14-Juillet à Paris. Vendredi, 3 500 policiers et gendarmes assureront la sécurité du défilé, soit entre 200 et 300 de plus que l'année dernière.

Le concert et le feu d'artifice tiré de la tour Eiffel seront aussi sécurisés par 1 900 policiers et gendarmes. Sur le reste de l'agglomération parisienne, 2 600 à 2 900 autres membres des forces de l'ordre seront mobilisés pour renforcer la sécurité. S'y ajoutent les 1 000 militaires de l'opération Sentinelle à Paris, 2 500 sapeurs-pompiers et 275 agents privés.

"Toute la maison est mobilisée", a résumé mardi le préfet de police Michel Delpuech, y compris la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) "en réserve, prête à intervenir en tout point de la capitale"

Une couverture aérienne et fluviale 

La surveillance s'organise aussi sur le fleuve et dans les airs. Sur la Seine, six bateaux de surveillance fluviale seront déployés. L'armée de l'air fournira, quant à elle, un important dispositif de protection, notamment avec le drone Reaper qui permettra d'avoir "une vision globale et de suivre en plan large les mouvements de foule"

Le drone Reaper, livré en 2014 à l'armée française, a rapidement convaincu l'état-major de son efficacité lors des missions qu'il a remplies dans le Sahel. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Un dispositif anti-drones, déjà utilisé ces deux dernières années, a aussi été mis en place pour détecter et neutraliser les engins malveillants. 

Deux zones de protection et de sécurité

Le préfet de police a créé deux zones de protection et de sécurité, l'une sur les Champs-Elysées pour le défilé, l'autre sur le Champ-de-Mars pour le concert et le feu d'artifice. Ce dispositif, qui peut être enclenché par le préfet dans le cadre de l'état d'urgence, permet de réglementer l'accès à une certaine zone. 

Les personnes souhaitant entrer dans ces zones devront se soumettre à un contrôle et à une fouille de leurs bagages ou sacs par les forces de l'ordre. Les zones seront aussi protégées par des véhicules et des plots en béton pour empêcher toute intrusion de voiture ou camion. Dans les deux zones de protection et de sécurité, il sera interdit d'introduire de l'alcool et des objets susceptibles de servir d'armes ou de projectiles.

Des mesures spécifiques pour la venue de Donald Trump 

Donald Trump assistera au défilé militaire sur les Champs-Elysées, invité par Emmanuel Macron à l'occasion du centenaire de l'entrée des Etats-Unis dans la première guerre mondiale. Parmi les invités de marque, la chancelière allemande Angela Merkel sera également présente, à l'occasion de la tenue la veille, à Paris, d'un conseil des ministres franco-allemands.

La visite du président américain représente "un enjeu fort" et fait l'objet d'"un travail de sécurité partagé entre les équipes américaines et nationales", a admis Michjel Delpuech. Le préfet de police a voulu se montrer rassumant : "Sécuriser l’itinéraire d’un chef d’Etat depuis Orly, c’est quelque chose que l'on sait faire."

Michel Delpuech a cependant refusé de révéler les mesures spécifiques liées à cette venue. Celles-ci restent encore à préciser, car le programme détaillé de la visite de Donald Trump n'est pas encore connu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.