DIRECT. Déchéance de nationalité : Mélenchon dénonce la "déchéance morale" du gouvernement

François Hollande souhaite inscrire l'état d'urgence dans la Constitution, à travers un projet de loi "de protection de la Nation".

Manuel Valls à l\'Assemblée nationale, le 25 novembre 2015.
Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 25 novembre 2015. (CITIZENSIDE / YANN BOHAC / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Alors que l'abandon de l'extension de la déchéance de nationalité avait été annoncé, en début de semaine, par Christiane Taubira, François Hollande a finalement choisi, mercredi 23 décembre, de maintenir cette mesure dans sa réforme constitutionnelle. L'information est donnée par plusieurs medias citant des sources au sein de l'exécutif. Suivez ce rebondissement en direct sur francetv info, alors que le gouvernement présente son "projet de loi constitutionnelle de protection de la nation"

Hollande veut tenir sa parole. "Le président et le Premier ministre étaient fermement décidés à tenir bon par rapport à l’engagement fixé dans son discours au Congrès", a indiqué l'Elysée au Monde pour expliquer le choix du président.

Taubira désavouée. La ministre de la Justice avait indiqué, mardi, que le projet de révision constitutionnelle "ne retient pas" la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour acte de terrorisme. Interrogée par une journaliste d'i-Télé sur son maintien dans le gouvernement, Christian Taubira a répondu : "La parole dernière est celle du président."

Un autre texte sur la table. Le gouvernement doit aussi présenter, mercredi, son "projet de loi renforçant la lutte contre le crime organisé et son financement, l'efficacité et les garanties de la procédure pénale". Devrait notamment y figurer l'autorisation des perquisitions de nuit dans certaines circonstances.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ATTENTATS

23h27 : Édifiant article du Monde (article abonnés) qui revient sur les zones d'ombre de l'assaut du Raid mené à Saint-Denis le 17 novembre dernier. Si le RAID a fait usage de 5 000 balles, les terroristes n'avaient en tout et pour tout que quelques grenades et un revolver. Comment expliquer le déluge de feu des policiers ?

23h21 : Le député PS Sébastien Denaja se déclare favorable à un référendum sur la révision constitutionnelle, comprenant la déchéance de nationalité.

22h36 : Vif échange entre Florian Philippot, n°2 du FN, et François Lamy, un proche de Martine Aubry, visiblement pas très à l'aise avec la mesure de déchéance de nationalité proposée par François Hollande.

22h48 : Dans la série, les ex se rebiffent, Benoît Hamon et Arnaud Montebourg avaient fait entendre leurs voix discordantes sur le sujet.

22h15 : Après Cécile Duflot, une autre ex-ministre de François Hollande dénonce le glissement à droite du gouvernement sur la déchéance de nationalité : Aurélie Filippetti.

21h11 : Après ses propos contradictoires sur la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français, Christiane Taubira a suscité de violentes critiques à droite. Mais Manuel Valls a affirmé qu'il défendrait la réforme constitutionnelle avec elle. Francetv info revient sur trois ans de liberté de parole d'une ministre récidiviste des couacs.


(ERIC PIERMONT / AFP)

20h53 : "Je suis convaincu que nous aurons une large majorité à l'Assemblée et au Sénat après un débat de très grande qualité", a affirmé Manuel Valls sur TF1. "Nous aurons une majorité pour réformer la Constitution", ajoute-t-il. Voici le moment fort de son interview.




(TF1)

20h17 : "A force de vouloir couper l'herbe sous le pied du FN, on risque d'appliquer son programme."

Dans Libération, l'ancienne ministre de François Hollande ne mâche pas ses mots face à la mesure de déchéance de nationalité qu'elle juge dangereuse. "Le président de la République capitule devant les idées de l'extrême droite, qui se trouvent validées de la sorte et obtiennent un brevet de respectabilité."

20h13 : La une de Libération de demain est très violente contre le chef de l'Etat.

20h11 : "Le gouvernement est uni", insiste Manuel Valls, pressé de questions sur le cas de sa garde des Sceaux.

20h11 : "Je défendrai la réforme constitutionnelle avec Christiane Taubira devant le Parlement. Je suis convaincu que nous aurons une large majorité pour réformer la Constitution."

20h09 : Manuel Valls refuse de répondre sur le cas individuel de Christiane Taubira.

20h08 : "C'est normal que chacun s'exprime", répond Manuel Valls, interrogé sur la ligne dissidente de Christiane Taubira, qui sera amenée à porter la mesure.

20h08 : "La déchéance de nationalité est applaudie par l'ensemble des parlementaires. Il y a une question à laquelle il faut répondre. La nation peut-elle retirer sa nationalité à quelqu'un qui s'en prend à son propre pays ?" poursuit Manuel Valls. "Ça n'est pas possible pour celui qui n'a pas une autre nationalité. Aujourd'hui, un binational naturalisé peut se voir retirer sa nationalité française. Le président a considéré que cela peut concerner ceux qui sont nés Français."

20h07 : Manuel Valls répond aux questions de TF1. "Il y a eu un débat [sur la déchéance de nationalité] dans la majorité, dans le pays", répond-il, interrogé sur les hésitations du gouvernement sur cette mesure controversée.

19h47 : Gilbert Collard, député allié au Front national, se félicite du retour de la déchéance de nationalité dans le texte, "mesure appelée de nos vœux". Il votera la déchéance de nationalité qu'il pense "indispensable". Mais l'homme politique pose la question du maintien ou non de Christiane Taubira au gouvernement.




(FRANCE 3)

19h38 : On sort la calculette pour savoir si la révision constitutionnelle de François Hollande, où figure la déchéance de nationalité, peut passer au Congrès.

• Les Républicains et l'UDI représentent 415 parlementaires sur un total de 925. Sans eux, impossible d'atteindre la majorité des 3/5e des suffrages exprimés nécessaire pour modifier la Constitution, soit 555 voix.

• Si la droite vote pour, sa réforme passerait même si l'ensemble des écologistes, des communistes et apparentés et de près de 80 socialistes sur 397 votaient contre.

19h34 : Hmm...je pressens que les soldes vont être bonnes. Petite est la consommation, plus grosse sera la réduction. Long sera le pourcentage qui te mènera au côté joyeux de la vente. May the Soldes be with you.

19h31 : Dans les commentaires, @Aeon8.1 se dit que la baisse de fréquentation des grands magasins parisiens entraînera de gros rabais lors des soldes de janvier.

19h29 : "Je vais combattre la déchéance de nationalité parce que c'est une mesure voulue par l'extrême-droite à l'origine. Je n'accepterais pas qu'on l'inscrive dans la Constitution."

Interrogé par France 3, le député est vent debout contre la mesure proposée par François Hollande dans son arsenal législatif antiterroriste. "Je suis extrêmement choqué. J'ai adhéré au Parti socialiste il y a trente ans pour me battre pour la justice sociale et lutter contre l'extrême-droite."


(FRANCE 3)

19h26 : Les internautes ont déterré un texte de 2010 sur le blog de Jean-Jacques Urvoas, le monsieur sécurité du PS, intitulé : "la déchéance de nationalité, quelle efficacité ?". Extrait : "Est-ce que quelqu'un pense sérieusement que la perspective de perdre sa nationalité fera reculer un voyou ? Est-ce que l'on s'est simplement demandé combien de personnes pourraient être concernées par la mesure ? (...) Jusqu'à quand Nicolas Sarkozy continuera-t-il à prendre les Français pour des benêts ?"

En février, il sera l'un de ceux qui votera sans doute le texte au Parlement.

19h10 : Libération propose un quiz sur la déchéance de nationalité. J'ai fait 4/6. J'ai appris notamment que le régime de Vichy avait ôté sa nationalité française au général de Gaulle pendant la deuxième guerre mondiale.

18h55 : "François Hollande a pris sa décision [de maintenir la déchéance de nationalité dans le texte] tout seul, sans consulter personne", déplore la sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann, sur BFMTV.

18h44 : D'après le député PS du Nord Bernard Roman, interrogé par Le Lab d'Europe 1, "près de 80% des députés socialistes sont contre [la déchéance de nationalité]. Il n'y a pas de majorité pour une telle mesure."

18h37 : D'après Le Monde (article abonnés), Christiane Taubira a lancé à François Hollande, quand il a insisté pour proposer la déchéance de nationalité pour les binationaux : "Dans quelle situation tu vas placer les députés de la majorité ?"

18h26 : Il n'y a pas qu'à droite qu'on émet des doutes sur la réforme de la Constitution. Le patron du groupe Front de gauche à l'Assemblée, André Chassaigne, annonce qu'il "votera contre, sans hésiter, en ce qui le concerne", notamment à cause du maintien de la mesure relative à la déchéance de nationalité des binationaux.

18h11 : Notre journaliste Camille Adaoust s'est rendue au ministère des Affaires étrangères, où le DAL réclame le relogement des habitants des immeubles touchés par l'assaut de Saint-Denis du 18 novembre.

16h09 : Toujours la même chanson contre Mme Taubira. La droite, quand elle n'a rien à dire, s'en prend encore à Mme Taubira, quelle tristesse.

16h09 : Mais quelle honte, quelle honte. Que fait-elle encore au gouvernement ? Elle se prend pour qui pour prendre de telles décisions ?

16h08 : Madame Taubira a ses convictions personnelles mais connaît aussi ses devoirs en tant que ministre. C'est une femme honnête et courageuse face à la meute qui se dresse contre elle.

16h06 : Si Madame Taubira avait un peu de fierté et d'honneur, elle aurait déjà démissionné. Ce n'est pas le premier dérapage !

16h06 : Dans un premier temps, la ministre de la Justice avait affirmé que la mesure ne figurerait pas dans le projet de réforme constitutionnelle. Un couac qui suscite toujours beaucoup de réactions dans les commentaires. Certains d'entre vous sont favorables à sa démission, d'autres la défendent.

16h04 : Le projet de révision de la Constitution retient finalement bien la déchéance de nationalité pour tous les binationaux nés Français condamnés définitivement pour terrorisme. Les débats s'ouvriront le 3 février à l'Assemblée nationale, avant de passer devant le Sénat. Quelles sont les chances de voir cette révision constitutionnelle adoptée ? Eléments de réponse pour y voir plus clair.

15h53 : A la mi-journée, Manuel Valls a présenté la révision constitutionnelle à l'issue du Conseil des ministres. Mais que contient ce texte ? Pour s'y retrouver, francetv info détaille les principales mesures.

15h00 : Le déroulement de la cavale de Salah Abdeslam se précise. Le suspect est recherché par les autorités depuis les attentats du 13 novembre, à Paris et au Stade de France. Francetv info retrace son parcours.

La photo de Salah Abdeslam, principal suspect des attentats de Paris, publiée mardi 17 novembre 2015 par la police fédérale belge.

14h01 : Mais comment Mme Taubira peut-elle encore faire partie de ce gouvernement ?!

14h00 : Il ne reste plus à Taubira qu'à démissionner après s'être exprimée en Algérie contre la déchéance. Au revoir madame Taubira.