Les juges français veulent entendre le frère d'un coordinateur présumé des attentats de Paris et Bruxelles

Toujours en fuite, Oussama Atar est soupçonné par les enquêteurs d'avoir participé, depuis la Syrie, à la coordination des attentats de Bruxelles et Paris.

Un homme allume une bougie en hommage aux victimes de l\'attentat du Bataclan, à Paris, le 13 novembre 2016.
Un homme allume une bougie en hommage aux victimes de l'attentat du Bataclan, à Paris, le 13 novembre 2016. (JOEL SAGET / AFP)

La justice belge a approuvé la remise à la France, en vertu d'un mandat d'arrêt européen, de Yassine Atar, le frère d'un des coordinateurs présumés des attentats de Paris et de Bruxelles, a indiqué le parquet fédéral, vendredi 1er septembre. Ce mandat d'arrêt "a été rendu exécutoire lundi", a affirmé à l'AFP un porte-parole du parquet, confirmant une information du journal La dernière heure. Cependant, la remise du suspect à la France pourrait prendre plusieurs mois, celui-ci étant encore impliqué dans plusieurs dossiers en Belgique.

Arrêté cinq jours après les attaques à Bruxelles

Yassine Atar est déjà inculpé en Belgique dans plusieurs dossiers, notamment dans le cadre du volet belge de l'enquête sur les attentats du 13 novembre 2015, pour "assassinats terroristes" et "participation aux activités d'un groupe terroriste en qualité de dirigeant". Son frère Oussama Atar, toujours en fuite, est soupçonné par les enquêteurs d'avoir participé, depuis la Syrie, à la coordination des attentats de Bruxelles et Paris.

L'émission d'un mandat d'arrêt européen signifie que les juges d'instruction français, en charge de l'enquête sur les attentats de Paris, souhaitent entendre Yassine Atar en vue d'une probable mise en examen. Ce Belge de 30 ans avait été arrêté cinq jours après les attentats à Bruxelles, avec deux autres hommes. Oussama et Yassine Atar sont cousins des frères El Bakraoui, qui se sont fait exploser dans le métro et à l'aéroport de Bruxelles le 22 mars 2016.