Attentats du 13-Novembre : Salah Abdeslam est (encore) resté muet face au juge

Le principal suspect encore en vie après les attentats meurtriers du 13 novembre 2015 a de nouveau refusé de répondre aux questions du juge antiterroriste, lundi 24 avril, à Paris.

Un portrait de Salah Abdeslam, diffusé le 15 novembre 2015.
Un portrait de Salah Abdeslam, diffusé le 15 novembre 2015. (DSK / POLICE NATIONALE)

Salah Abdeslam n'a toujours pas parlé. A nouveau convoqué par le juge d'instruction lundi 24 avril, le suspect-clé des attentats islamistes qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, le 13 novembre 2015, est de nouveau resté mutique pendant son interrogatoire au palais de justice de Paris. Salah Abdeslam, 27 ans, détenu le plus surveillé de France à Fleury-Mérogis (Essonne), au sud de Paris, a toujours refusé de parler aux juges depuis son transfert de Belgique vers la France et sa mise en examen, le 27 avril 2016, pour assassinats terroristes.

Des zones d'ombre sur le rôle d'Abdeslam

Après avoir gardé le silence lors d'un bref interrogatoire en mai 2016, il avait refusé d'être extrait de sa cellule en juillet puis avait écouté en silence les quelque 150 questions du juge Christophe Tessier en septembre, selon une source proche du dossier. Mi-octobre, ses avocats Franck Berton et Sven Mary avaient renoncé à le défendre, ayant "la conviction qu'il ne s'exprimerait pas." De nouveau convoqué en novembre, Salah Abdeslam s'était à nouveau muré dans le silence.

Des zones d'ombre entourent encore le rôle exact de Salah Abdeslam le soir du 13 novembre 2015 et durant les mois qui ont précédé les attentats parisiens. Selon les enquêteurs, Salah Abdeslam a déposé les trois kamikazes qui se sont fait exploser à proximité du Stade de France, au nord de Paris, le soir des attaques, avant d'abandonner une ceinture explosive. Ce qui laisse penser qu'il devait lui aussi mener une attaque-suicide.