Attentats à Paris : les personnes interpellées refusent de parler

En direct de la sous-direction anti-terroriste à Levallois-Perret, Dominique Verdeilhan fait le point sur les gardes à vue.

France 2

Deux personnes ont été tuées et sept autres interpellées lors de l'assaut de ce mercredi 18 novembre à Saint-Denis. Elles sont soupçonnées d'être impliquées dans les attentats de Paris de vendredi et sont actuellement interrogées au siège de la DGSI à Levallois-Perret. "Les enquêteurs se retrouvent face à des terroristes présumés qui sont plutôt muets", rapporte Dominique Verdeilhan, précisant que c'est habituel dans ce type d'affaires.

Des Français et des Marocains

Le procureur de la République n'a pour l'instant pas voulu dévoiler l'identité des gardés à vue. "Selon nos informations, il s'agirait d'individus d'origine française et marocaine", précise le journaliste de France 2. Les enquêteurs vont désormais essayer de faire parler les indices. Exceptionnellement, les gardes à vue pourront durer jusqu'à six jours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Légistes et police scientifique cherchent des preuves dans l\'appartement investi par le Raid et al BRI à Saint-Denis, le 18 novembre 2015
Légistes et police scientifique cherchent des preuves dans l'appartement investi par le Raid et al BRI à Saint-Denis, le 18 novembre 2015 (JOEL SAGET / AFP)