DIRECT. Attaque près des anciens locaux de "Charlie Hebdo" : le principal suspect a été mis en examen pour "tentatives d'assassinat" terroristes

L'homme de 25 ans, né au Pakistan, s'est dit "en colère" contre l'hebdomadaire satirique, après la republication des caricatures du prophète Mahomet. 

Des militaires déployés sur le boulevard Richard Lenoir, à Paris, après une attaque survenue à proximité des anciens locaux de \"Charlie Hebdo\", le 25 septembre 2020. 
Des militaires déployés sur le boulevard Richard Lenoir, à Paris, après une attaque survenue à proximité des anciens locaux de "Charlie Hebdo", le 25 septembre 2020.  (MARIE MAGNIN / HANS LUCAS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le principal suspect de l'attaque au couteau qui a fait deux blessés, vendredi à Paris, près des anciens locaux de Charlie Hebdo"a reconnu la matérialité des faits", a indiqué mardi 29 septembre Jean-François Ricard, procureur de la République antiterroriste. Dans la soirée, il a été mis en examen, a indiqué le parquet antiterroriste. 

Agé de 25 ans, Zaheer Hassan Mahmoud, dont Jean-François Ricard a révélé l'identité, s'est dit "en colère" contre Charlie Hebdo, après la republication des caricatures du prophète Mahomet, et pensait attaquer les locaux de l'hebdomadaire satirique, dont la rédaction a déménagé. Suivez notre direct.

Sa véritable identité enfin connue. Le suspect, connu jusque-là sous le nom de Hassan A., a reconnu durant sa garde à vue se prénommer Zaheer Hassan Mahmoud, et être âgé de 25 ans, et non de 18. La photo d'un passeport à ce nom avait été retrouvée dans ses affaires par les forces de l'ordre.

Inconnu des services de renseignement. Il était "totalement inconnu de l'ensemble des services de renseignement", a précisé le procureur. Il avait néanmoins fait l'objet en juin dernier d'un rappel à la loi pour port d'armes prohibé.

Il visait Charlie Hebdo. L'assaillant, après avoir "regardé des vidéos en provenance du Pakistan évoquant la publication des caricatures" de Mahomet, a voulu "se révolter" contre cette republication par Charlie Hebdo. Il pensait viser les locaux de l'hebomadaire satirique, à Paris, mais le journal a déménagé.

Deux victimes gravement blessées. Un homme et une femme, salariés de l'agence de presse Premières Lignes, ont été blessés par l'assaillant. La femme a "plusieurs plaies et fractures au visage", entraînant huit jours d'incapacité temporaire de travail. L'homme blessé souffre d'une "fracture du crâne, il est toujours hospitalisé dans un état très grave", entraînant au moins trois mois d'incapacité de travail.

Une vidéo retrouvée dans son téléphone. Une vidéo a été retrouvée dans son téléphone, "dans laquelle il se met en scène (...), pleure, évoque Dieu", a précisé le procureur antiterroriste. Mais "il ne fait allégeance à aucun groupe terroriste en particulier".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ATTAQUE_PARIS

23h45 : L'attaquant au hachoir a été mis en examen pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste", a annoncé le parquet national antiterroriste (Pnat). Un juge antiterroriste a également mis en examen pour "association de malfaiteurs" terroriste cet homme qui pensait viser l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. Le parquet national antiterroriste a demandé son placement en détention provisoire.

23h38 : Au terme de sa garde à vue, Zaheer Hassan Mahmoud avait été présenté à un juge d'instruction en vue de sa mise en examen. Cet après-midi, le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard, a confirmé que le jeune homme d'origine pakistanaise, en s'attaquant à deux membres de l'agence Premières Lignes, visait bien Charlie Hebdo, dont les anciens locaux étaient situés rue Nicolas-Appert.

23h30 : Le principal suspect de l'attaque à Paris a été mis en examen pour "tentatives d'assassinat" terroristes, annonce le parquet national antiterroriste.

20h19 : Bonsoir @Lucas S. Cet élément provient de l'AFP. L'agence a contacté un dénommé Arshad Mahmoud, qui se présente comme le père de l'assaillant. Celui-ci s'est dit "très heureux" et "très fier" des actes de son fils, qui a "protégé l'honneur du Prophète". "Le village tout entier est venu me féliciter", a-t-il assuré, depuis le district de Mandi (Pakistan).

20h19 : Bonsoir franceinfo ! Est-il vrai que le père du suspect de l'attaque à Paris se dit "fier" de son fils ? Quid des poursuites judiciaires en cas de paroles confirmées ?

20h18 : Quatre jours après l'attaque au couteau qui a visé deux salariés de Premières Lignes à Paris, la société de production audiovisuelle envisage de déménager. "L'immeuble est une cible, donc on réfléchit à quitter les lieux", explique sur franceinfo Paul Moreira, co-fondateur de l'entreprise. "L'équipe est extrêmement traumatisée."

18h56 : Quatre jours après l'attaque commise devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, le suspect doit être présenté à un juge d'instruction pour être mis en examen, a annoncé le procureur national antiterroriste. Si vous avez manqué la conférence de presse de Jean-François Ricard, voici les principaux points à retenir dans cette affaire.

FRANCEINFO

18h08 : 18 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité :

La garde à vue du principal suspect de l'attaque à Paris a été levée, et l'assaillant a été présenté à un juge d'instruction pour "tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste à caractère criminel". Suivez notre direct.


Le principal suspect, âgé de 25 ans, était "en colère" après la republication des caricatures de Mahomet, et "a décidé de s'en prendre au journal Charlie Hebdo", a indiqué le Parquet national antiterroriste aujourd'hui. Il souhaitait incendier les locaux où se trouvait la rédaction de l'hebdomadaire satirique.


• A un peu plus d'un mois de l'élection présidentielle, Donald Trump et son rival démocrate, Joe Biden, s'affrontent ce soir lors d'un premier débat particulièrement attendu. Nous répondons dans cet article à cinq questions sur cet événement, que vous pourrez suivre dans ce direct.

L'ancienne dirigeante d'Arte et du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC), Véronique Cayla, ainsi que le cinéaste Eric Toledano ont été élus à la présidence de l'Académie des César.

15h11 : Bonjour @Oli, le procureur de la République antiterroriste, Jean-François Ricard, a fait un point sur leur état de santé lors de sa conférence de presse tout à l'heure. L'un des deux blessés, un homme, souffre d'une "fracture du crâne" et "est toujours hospitalisé dans un état très grave", entraînant au moins trois mois d'incapacité de travail, a-t-il indiqué.

La femme également blessée dans l'attaque souffre encore de "plusieurs plaies et fractures au visage", qui entraînent une ITT de huit jours.

15h27 : Bonjour FI. A-t-on des nouvelles des deux employés de Premières Lignes agressés au couteau à Paris ?

14h34 : L'assaillant, après avoir "regardé des vidéos en provenance du Pakistan évoquant la publication des caricatures" de Mahomet, a voulu "se révolter" contre cette republication par Charlie Hebdo.

Une vidéo du suspect a été découverte sur son téléphone : dans celle-ci, il "pleure et évoque Dieu", mais "il ne fait allégeance à aucun groupe terroriste en particulier", a précisé le procureur de la République antiterroriste.

14h28 : La garde à vue du principal suspect de l'attaque à Paris vendredi a été levée, il va être présenté cet après-midi à un juge d'instruction pour "tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste à caractère criminel".

14h30 : Le principal suspect de l'attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo, vendredi à Paris, "a reconnu avoir procédé à des repérages" avant d'agir, précise le procureur de la République antiterroriste, Jean-François Ricard.

"Le jour des faits, il s'est rendu à Saint-Denis pour acheter un hachoir, un marteau et trois bouteilles de White-spirit (...) Il avait le projet d'entrer dans les locaux du journal, puis de les incendier. Il a pensé que les victimes travaillaient pour le journal et a choisi de les attaquer."

14h30 : Le principal suspect de l'attaque à Paris vendredi était "en colère" après la republication des caricatures de Mahomet, et "a décidé de s'en prendre au journal Charlie Hebdo", indique le Parquet national antiterroriste.

14h30 : L'assaillant est en réalité âgé de 25 ans, et non 18 ans comme il l'avait déclaré en garde à vue, indique le procureur de la République antiterroriste. Le "mis en cause est totalement inconnu de l'ensemble des services de renseignement", a-t-il ajouté.

14h13 : Le procureur de la République antiterroriste, Jean-François Ricard, s'exprime au sujet de l'attaque qui a eu lieu vendredi près des anciens locaux de Charlie Hebdo. L'attaque, "d'une extrême violence", a duré entre 15 et 20 secondes.

L'homme blessé souffre d'une "fracture du crâne, il est toujours hospitalisé dans un état très grave", entraînant au moins trois mois d'incapacité de travail. La femme blessée a quant à elle encore "plusieurs plaies et fractures au visage", entraînant huit jours d'incapacité temporaire de travail.

14h09 : 14 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité :

Le procureur de la République antiterroriste, Jean-François Ricard, tient en début d'après-midi une conférence de presse sur l'attaque à l'arme blanche qui a fait deux blessés graves vendredi, près des anciens locaux de Charlie Hebdo. Suivez notre direct.


• Les représentants des hôteliers et des restaurateurs, touchés par les restrictions liées au coronavirus, ont été entendus ce matin par Jean Castex à Matignon. Le ministre de l'Economie a confirmé le déplafonnement "jusqu'à 10 000 euros" du fonds de solidarité qui leur est destiné.


• A 35 jours de l'élection présidentielle américaine, Donald Trump et son rival démocrate, Joe Biden, s'affrontent ce soir au cours d'un premier débat. Nous répondons dans cet article à cinq questions sur cet événement particulièrement scruté.


Les animaux sauvages dans les cirques itinérants vont être progressivement interdits en France, a annoncé ce matin la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili.

13h57 : Le procureur de la République antiterroriste, Jean-François Ricard, s'exprimera dans quelques minutes sur l'attaque à l'arme blanche qui a fait deux blessés graves vendredi, près des anciens locaux de Charlie Hebdo. Vous pourrez suivre cette conférence de presse dans notre direct.

Le procureur de la République antiterroriste, Jean-François Ricard, lors d\'une conférence de presse, le 5 octobre 2019 à Paris.


(GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

06h53 : Où en est l'enquête sur l'attaque survenue vendredi près des anciens locaux de Charlie Hebdo, à Paris ? Nous devrions en savoir davantage dans la journée. Le procureur de la République antiterroriste, Jean-François Ricard, doit en effet s'exprimer face à la presse à 14 heures à ce sujet.