Cet article date de plus de deux ans.

Deux hommes mis en examen pour un projet d'attentat contre un établissement scolaire ou un policier

Ces deux hommes ont été interpellés le 25 mars dernier. Selon un source proche du dossier, le principal suspect a reconnu le projet de s'en prendre à des enfants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Palais de justice de Paris, où est situé le siège du parquet de Paris, le 6 mars 2018. (MAXPPP)

Deux hommes ont été mis en examen et placés en détention provisoire le 29 mars, pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", a indiqué le parquet de Paris à franceinfo, mercredi 3 avril, confirmant une information de BFMTV. Selon cette même source, l'enquête à mise au jour un projet d'attentat "susceptible de viser un établissement scolaire ou un fonctionnaire de police".

Ces deux hommes, tous deux nés en 1998, ont été interpellés le 25 mars, trois jours après l'ouverture d'une enquête confiée à la DGSI, et ont été mis en examen le 29 mars, détaille le parquet de Paris.

Tous les deux étaient connus des services de renseignement pour "radicalisation", selon une source proche du dossier. La DGSI a été alertée par le fait que l'un d'eux, considéré comme à l'origine du projet d'attentat, cherchait à se procurer des armes.

Un suspect se dit admirateur de Mohamed Merah

Ce dernier a reconnu les faits auprès des enquêteurs, expliquant avoir voulu s'en prendre aux enfants d'une école, puis les retenir en otage en attendant l'intervention des forces de l'ordre, dont il comptait tuer les membres.

En garde à vue, le jeune homme a expliqué aux enquêteurs être un admirateur de Mohamed Merah. Une source proche du dossier précise à franceinfo qu'une "dimension psychiatrique" est à prendre en compte chez ce principal suspect.

L'autre homme interpellé est soupçonné d'avoir été a minima au courant des intentions meurtrière du premier, sans que son degré de complicité présumée n'ait été précisé à ce stade.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Antiterrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.