Cet article date de plus de six ans.

Tchad : attentat-suicide meurtrier à N'Djamena

Près de quinze personnes ont perdu la vie dans un attentat-suicide perpétré samedi 11 juillet au matin, dans le marché central de N'Djamena, la capitale du Tchad. C'est la seconde fois en l'espace d'un mois que la ville est touchée par une telle attaque, après le double attentat-suicide le 15 juin 2015, qui avait fait 38 morts et avait été revendiqué par Boko Haram.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (C’est la deuxième fois en moins d’un mois que N’Djamena est touchée par une telle attaque, après le double attentat qui avait fait 38 morts le 15 juin 2015 à l’école de police et au commissariat central. © IDE)

Près de quinze personnes ont été tuées et des dizaines de personnes ont été blessées, ce samedi matin, dans un attentat-suicide perpetré sur le marché central de N'Djamena, la capitale du Tchad. Le porte-parole de la police, Paul Manga, a indiqué à l'AFP qu'il s'agissait d'un homme déguisé en femme, le visage dissimulé par une burqua, le voile islamique intégral. Il aurait "voulu infiltrer le marché" avant d'être "intercepté par les gendarmes, qui lui ont demandé de se démasquer (...) C'est à ce moment qu'il a déclenché sa ceinture (d'explosifs) ", a décrit le porte-parole de la police tchadienne. 

Deux attentats en un mois

C'est la seconde attaque de cette nature en l'espace d'un mois dans la capitale tchadienne. Le 15 juin dernier, un double-attentat suicide avait fait 38 morts à l'école de police et au commissariat central. Il avait été revendiqué par les islamistes nigérians de Boko Haram. 

Dans l'après-midi du 11 juillet, le ministère des Affaires étrangères français n'a pas tardé à réagir. "La France condamne avec la plus grande fermeté l’odieux attentat commis sur le marché central de Ndjamena. Elle adresse aux familles des victimes ses plus sincères condoléances ", indique t-il dans un communiqué. La secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean a également adressé ses condoléances, tout en soulignant son "horreur " et sa "consternation " face aux événements. 

"Tout le monde est très choqué ", a confié un responsable policier à l'AFP, d'autant que "nous sommes en pleine période de ramadan ". Le quartier du marché central, situé au coeur de la capitale, a été entièrement bouclé par les forces de sécurité tchadiennes et selon des sources sécuritaires, le Premier ministre Kalzeube Pahimi Deubet aurait convoqué en urgence un Conseil de sécurité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.