Soupçons de corruption en Afrique : Vincent Bolloré mis en examen

L'homme d'affaires est soupçonné de corruption dans l'attribution de concessions portuaires en Afrique de l'Ouest.

L\'homme d\'affaire Vincent Bolloré à Paris, le 26 juin 2017.
L'homme d'affaire Vincent Bolloré à Paris, le 26 juin 2017. (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)

Coup de tonnerre dans l'empire Bolloré. Mercredi 25 avril, Vincent Bolloré a été mis en examen pour pour corruption d'agent public étranger, complicité d'abus de confiance et de faux et usage de faux. L'homme d'affaires est soupçonné de corruption dans l'attribution de concessions portuaires en Afrique de l'Ouest. 

Les enquêteurs soupçonnent le groupe Bolloré d’avoir utilisé sa filiale de communication Havas, pour obtenir la gestion de ports en Guinée et au Togo. En échange, Havas est soupçonné d’avoir assuré des missions de conseil et de communication pour aider des dirigeants africains à accéder au pouvoir.

Le directeur général du groupe Bolloré a aussi été mis en examen

Gilles Alix, directeur général du groupe Bolloré, a aussi été mis en examen. Jean-Philippe Dorent, responsable du pôle international de Havas Paris, a été lui placé sous le statut de témoin assisté pour corruption d'agent public étranger, et mis en examen pour abus de confiance et de faux et usage de faux.

Le milliardaire de 66 ans, qui a récemment cédé les rênes de Vivendi à son fils Yannick, avait été placé en garde à vue mardi matin dans les locaux de la police anticorruption à Nanterre.