Cet article date de plus de deux ans.

Seine-Saint-Denis : un homme connu pour sa radicalisation a été interpellé pour détention d'armes à feu

L'homme a été interpellé dimanche matin. La veille, lors d'une perquisition chez lui alors qu'il était absent, la police avait retrouvé deux armes de poing et des munitions.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'homme a été interpellé à Saint-Denis. (CAPTURE D'ECRAN GOOGLE MAPS)

Un homme de 35 ans connu par les forces de l'ordre pour sa radicalisation, a été arrêté dimanche 10 février à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). L'homme, qui venait de sortir de prison, a été arrêté pour détention d'armes à feu.

Deux armes de poing et une grenade à plâtre

La veille, les policiers s'étaient rendus à son domicile de Saint-Denis pour lui spécifier les mesures de surveillance et de contrôle dont il faisait l'objet. En effet, sorti de prison récemment, l'homme devait entre autres se présenter à date fixe au commissariat. C'est en voyant que l'individu n'était pas chez lui que les forces de l'ordre ont procédé à une perquisition. Dans le logement, ils ont trouvé deux armes de poing et plusieurs munitions dont certaines à blanc. Une grenade à plâtre - une grenade d'entraînement - a également été saisie.

Au vue de ces découvertes, la justice a délivré un mandat de recherche. Les forces de l'ordre se sont rendues dans l'Essonne samedi soir car c'est de là que le suspect est originaire. Mais c'est finalement à proximité de son domicile de Saint-Denis que le trentenaire a été interpellé par la BAC de la Courneuve, dimanche matin, dans un bar de la rue Gabriel Péri.

L'homme - déjà condamné pour avoir commis des infractions avec armes - a été placé en garde à vue dans les locaux de la Sous-direction de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis (SDPJ 93) chargée de cette enquête. Le suspect pourrait être déféré en début de semaine, après avoir été entendu sur ses intentions.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.