Seine-Maritime : deux mineurs mis en examen pour "homicide volontaire" après une rixe mortelle

La rixe, qui a eu lieu dimanche dernier à Sotteville-lès-Rouen, a fait une victime. L'un des deux mineurs mis en examen a été placé en détention provisoire. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La commune de Sotteville-lès-Rouen en Seine-Maritime.  (GOOGLE MAPS / FRANCETV INFO)

Après la mort dimanche 13 juin d'un jeune de 16 ans lors d'une rixe entre bandes rivales à Sotteville-lès-Rouen en Seine-Maritime, deux mineurs ont été mis en examen, a appris France Bleu Normandie vendredi 18 juin auprès du parquet.

Agés de 15 et 16 ans, ils ont été présentés à un juge d'instruction jeudi et sont poursuivis pour "homicide volontaire", "violences volontaires aggravées" et "participation à un groupement en vue de commettre des violences". Selon le procureur de la République de Rouen, l'un des deux mineurs a été placé en détention provisoire et l'autre sous contrôle judiciaire avec placement dans un centre éducatif fermé. Les investigations se poursuivent.

"Une guerre de territoire" 

Selon les informations de France Bleu Normandie, le mineur de 15 ans est soupçonné d'avoir porté le coup de couteau mortel au jeune de 16 ans dont les obsèques se dérouleront lundi. L'adolescent est mort dimanche soir, vers 22h45, après une rixe à Sotteville-lès-Rouen, avait appris ce lundi franceinfo de source proche du dossier. Selon cette même source, il a été victime de coups de couteau lors de ce qui s'apparente à "une guerre de territoire" entre deux bandes originaires de la commune du Petit-Quevilly et du quartier rouennais des Sablières.

Selon le ministère de l'Intérieur, 357 affrontements entre bandes avaient été recensés en 2020, en hausse de près de 25% par rapport aux 288 enregistrés en 2019. En mars, le gouvernement avait décrété la mobilisation générale contre les rixes entre jeunes, après plusieurs bagarres mortelles, notamment en Ile-de-France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.