Cet article date de plus de sept ans.

Saisie record de cocaïne : cinq suspects mis en examen à Paris

Trois Italiens et deux Britanniques ont été placés en détention provisoire pour leur implication dans le transfert de 1,3 tonne de cocaïne dans un avion d'Air France venu du Venezuela.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La saisie record de 1,3 tonne de cocaïne, trouvée à bord d'un avion Caracas-Paris, le 21 septembre 2013. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

L'enquête sur la saisie record de 1,3 tonne de cocaïne commence à porter ses fruits. Cinq personnes, suspectées d'avoir fomenté cette tentative d'importation d'une marchandise évaluée à 50 millions d'euros, ont été mises en examen et écrouées, mardi 24 septembre, quatre jours après leur arrestation. Ils ont été mis en examen pour importation et trafic de stupéfiants en bande organisée et association de malfaiteurs

Les cinq suspects sont trois Italiens, dont deux ont 45 ans et l'un 40 ans, et deux Britanniques de 26 et 30 ans. La garde à vue d'une sixième personne, également arrêtée vendredi, a été levée lundi.

Une sixième garde à vue levée

La drogue, qui semblait destinée à l'organisation calabraise Ndrangheta et peut-être en partie à la Grande-Bretagne, se trouvait dans une trentaine de valises enregistrées sous des noms de passagers fictifs. Avec 1,382 tonne, il s'agit de la plus importante saisie de cocaïne jamais réalisée en France métropolitaine dans le cadre d'une procédure judiciaire. Cette quantité représente une valeur à la revente d'environ 50 millions d'euros au prix de gros, ou de 240 à 350 millions d'euros au détail.

Les enquêteurs cherchent à comprendre comment une telle quantité de drogue a pu être embarquée à bord d'un vol d'Air France, qui a ouvert de son côté une enquête interne après la saisie effectuée vendredi. Caracas a annoncé, lundi, que trois soldats appartenant à la Garde nationale avaient été arrêtés sur des soupçons de complicité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.