Rhône : des restes humain retrouvés dans une canalisation, un suspect interpellé

Le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour homicide volontaire.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des restes humains ont été retrouvés dans une canalisation d'un immeuble résidentiel près de Lyon, à Saint-Priest dans le Rhône. (FRANCE INFO / RADIO FRANCE)

Un homme de 28 ans est en garde à vue après la découverte de restes humains dans une canalisation d'un immeuble d'habitation à Saint-Priest (Rhône), selon les informations de franceinfo mercredi 18 janvier. Il a été interpellé par la police judiciaire de Lyon mercredi.

Des restes humains ont été découverts mardi 17 janvier dans la soirée par un ouvrier qui intervenait pour déboucher une canalisation dans un bâtiment résidentiel à Saint-Priest (Rhône), a appris franceinfo auprès du parquet de Lyon mercredi. Après avoir scié l'une des canalisations de l'immeuble, l'agent de maintenance envoyé par une entreprise est tombé sur des vêtements, puis un pied et d'autres morceaux humains.

Il a alors immédiatement prévenu la police qui a procédé aux relevés et aux constatations. Selon les informations de franceinfo, ces restes humains sont récents, ils étaient ensanglantés. Par la suite, les policiers ont retrouvé une tronçonneuse électrique ensanglantée dans une poubelle à côté de l'immeuble, d'autres restes humains ont également été retrouvés dans cette poubelle, a appris franceinfo. "Une bonne partie du corps a été retrouvée", a indiqué une source proche du dossier, qui précise qu'a priori il s'agit du corps d'un homme. Des témoins auditionnés par la police disent avoir entendu des bruits de travaux dans l'immeuble dimanche soir.

Des analyses ADN pour identifier la victime

Sollicitée, la police scientifique est intervenue sur place et a transféré l'ensemble des restes humains au laboratoire de police technique et scientifique d'Ecully (Rhône) pour les analyser. Des mains ont été retrouvées, les enquêteurs vont donc pouvoir analyser les empreintes digitales, selon cette même source. L'ADN va aussi pouvoir être exploitée.

Le parquet de Lyon a ouvert une enquête du chef d'homicide volontaire, elle est confiée à la direction zonale de la police judiciaire (DZPJ).

Mercredi soir, le parquet de Lyon indique que le suspect de 28 ans en garde à vue "est connu et traité pour des troubles psychiatriques depuis plusieurs années". Par ailleurs, selon les informations de franceinfo, des perquisitions sont en cours ce mercredi soir au sein de l'appartement où il a été interpellé ainsi que dans l'immeuble où les restes ont été retrouvés. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.