Cet article date de plus de huit ans.

La Réunion. Une vingtaine de requins vont être pêchés pour prévenir les attaques

Une vingtaine de requins bouledogues et tigres seront capturés "dès cette semaine", a annoncé la préfecture.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un surfeur a été grièvement blessé dans une nouvelle attaque de requin, le 5 août 2012 à Saint-Leu (La Réunion).  (GERARD SOURY / OXFORD SCIENTIFIC RM / GETTY IMAGES)

FAITS-DIVERS - La préfecture de La Réunion a décidé d'agir contre la recrudescence des attaques de requin. Elle a annoncé, lundi 6 août, le lancement d'une opération de pêche d'une vingtaine de requins et un renforcement de la sécurisation de plusieurs spots de surf. Dimanche, un surfeur expérimenté d'une quarantaine d'années a été grièvement blessé (pied et main sectionnés) à Saint-Leu (côte ouest de La Réunion). La huitième attaque depuis une vingtaine de mois.

"Dès cette semaine", une vingtaine de requins bouledogues et tigres seront capturés par un pêcheur professionnel, a précisé le secrétaire général de la préfecture, Xavier Brunetière, à l'issue d'une réunion de travail avec des élus et des spécialistes du requin. "L'opération ne vise pas à réguler la population de requins, car il sera impossible de dire quand la sécurité pourra être assurée. Ce sera une pêche à caractère scientifique, afin d'identifier la présence ou pas de ciguatéra" dans l'animal, a-t-il assuré.

Inciter les pêcheurs

La ciguatéra est une toxine extrêmement dangereuse pour l'homme, dont la présence dans la chair du requin bouledogue est à l'origine de l'interdiction de sa commercialisation. Ce qui n'incite guère les professionnels à le pêcher et participe à la prolifération de cette espèce, selon les associations de surfeurs et les professionnels de la mer.

La sécurisation des spots de surf consistera à renforcer la présence des vigies-requins, ces personnels chargés d'encadrer les activités des écoles de surf et d'alerter sur la présence de requins. L'élargissement de cette surveillance était une des revendications des représentants de surfeurs.

Frédéric Crotta / France 2

Une attaque "prévisible"

Quinze jours auparavant, une attaque mortelle s'était déjà produite dans la même zone. "C'était prévisible. Cela fait plusieurs semaines que je demandais de réagir. Le drame s'est produit une nouvelle fois dans la réserve marine. Il faut maintenant que chacun assume ses responsabilités", a réagi Thierry Robert, le député-maire de Saint-Leu (MoDem), sur Antenne Réunion.

Ce dernier avait pris la semaine dernière un arrêté municipal autorisant la pêche au requin sur le territoire maritime de sa commune après la mort d'un surfeur de 22 ans, mais l'avait finalement retiré. Il avait reçu des garanties du ministre des Outre-Mer, Victorin Lurel, de mettre en œuvre une opération de prélèvement encadrée par les services de l'Etat. C'est désormais chose faite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.