Cet article date de plus d'un an.

Refus d'obtempérer à Rennes : deux personnes mises en examen dont le conducteur de la voiture

Une opération anti-drogue avait mal tourné à Rennes (Ille-et-Vilaine), dans la nuit de mardi à mercredi, avec notamment la mort par des tirs policiers d'une passagère d'un véhicule suspecté de transporter de la drogue.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Dans la nuit du 6 au 7 septembre 2022, une opération anti-drogue policière a fait un mort et un blessé. (CLAIRE STAES / LE TÉLÉGRAMME / MAXPPP)

Deux personnes ont été mises en examen vendredi 9 septembre, après le refus d'obtempérer qui a mal tourné à Rennes, en Ille-et-Vilaine, dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 septembre, indique le parquet dans un communiqué qu'a pu consulter franceinfo. Lors de cette opération policière, un fonctionnaire avait été blessé et avait fait usage de son arme, tuant la passagère d'une voiture suspecte.

Tout d'abord, le conducteur de la Peugeot, qui a refusé de s'arrêter au contrôle de police, est mis en examen pour trafic de stupéfiants, association de malfaiteur délictuelle, refus de remettre ses codes de téléphone. Ce jeune de 26 ans, domicilié à Saint-Etienne-du-Rouvray, en Seine-Maritime, a été placé en détention provisoire. En garde à vue, il a exercé son droit au silence.

Une autre personne a aussi été mise en examen "pour infractions à la législation sur les stupéfiants". Il s'agit d'un homme de 33 ans, à qui la drogue transportée, 111 grammes de cocaïne, était destinée. Il a été interpellé le 7 septembre à son domicile, à Saint-Jean-Trolimon, dans le Finistère. Il est "faiblement connu de la justice", selon le parquet, et a été placé sous contrôle judiciaire.

Dans cette affaire, une jeune femme, âgée d'une vingtaine d'années, est morte, touchée mortellement par le tir d'un policier, lui-même percuté par la Peugeot en fuite. Ce mercredi, sa mère a porté plainte contre le conducteur de la voiture, pour homicide involontaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.