RATP : trafic toujours très perturbé sur la ligne A du RER

Le trafic de la ligne A du RER est très fortement perturbé ce jeudi, à Paris et en région parisienne, suite à l'agression d'un conducteur. Une plainte a été déposée contre l'auteur de l'agression, toujours recherché par la police. La situation pourrait également être compliquée vendredi.

(Le trafic du RER A fortement perturbé ce jeudi matin © MaxPPP)

Les usagers de la ligne A du RER pourrait bien devoir trouver un itinéraire bis ce jeudi : après l’agression d’un conducteur à Torcy, la régie a annoncé sur le réseau social Twitter que le trafic était "fortement perturbé, après la décision des conducteurs de la ligne d’un "arrêt de travail spontané"". Selon la RATP, le trafic ont partiellement repris à 16h30, mais il a été de nouveau interrompu à 19h30. 

►►►

Bus de substitution et correspondances

L’interconnexion à Nanterre Préfecture est suspendue. Sur son site internet, la ratp indiquait à 17h que "depuis 16h30, des trains partent progressivement de Boissy-Saint-Léger, Marne-la-Vallée Chessy et Saint-Germain-en-Laye, de manière à assurer un intervalle de 5 mn sur le tronçon La Défense-Vincennes à l'heure de pointe ". Vers 19h, le compte Twitter du RER A a annoncé que "les derniers trains en direction de Boissy-Saint-Léger, Marne-la-Vallée et Saint-Germain-en-Laye" passeraient "à Châtelet vers 20h30 ".

Des bus de substitution ont été mis en place entre Château de Vincennes et Marne-La-Vallée-Chessy, Château de Vincennes et Boissy Saint-Leger, ainsi que Saint Germain-en-Laye et La Défense. Ils sont maintenus jusqu'à minuit. Les lignes de métro 1, 2, 6, 9 et 14 ont été renforcées.

L'agresseur toujours recherché par la police

Gilles Groux, délégué syndical UNSA- RATP, conducteur à Torcy, explique : "Un de nos collègues a été agressé alors qu’il accomplissait son service hier soir. Il a pris un coup de tête lors d’une altercation avec un passager après avoir arrêté son train parce que le signal d’alarme avait été actionné. Il a passé une nuit à l’hôpital avec un nez cassé… En apprenant la nouvelle ce matin, les conducteurs ont décidé d’arrêter le travail. C’est une réaction de colère des conducteurs qui tentent tant bien que mal de faire fonctionner cette ligne surchargée ". 

"C'est une réaction de colère des conducteurs" - Gilles Groux (UNSA-RATP)
--'--
--'--

"Le conducteur a été accompagné par l’entreprise hier soir et nous avons déployé un service renforcé de sécurité immédiatement après l’acciden t", explique à France Info Cyril Condé, le directeur du département RER à la RATP. Une plainte a été déposée contre l'agresseur, qui est toujours recherché par la police.

Réunion avec la direction : "Constat de désaccord"

La situation pourrait être compliquée vendredi. Le rendez-vous entre les syndicats et la direction s'est terminé sur "un constat de désaccord". Après la réunion, Thierry Babec de l'Unsa CGT a déclaré que pour vendredi, "il n'y avait aucun mot d'ordre, le mouvement appartient aux conducteurs, à eux de décider ce qu'ils comptent en faire ". Les conducteurs demandent un renforcement des mesures de sécurité pour désamorcer la défiance qui s’est installée chez les usagers après la multiplication des perturbations sur la ligne à cause des colis abandonnés, notamment depuis les attentats à Paris et le renforcement du plan Vigipirate.

L'AFP s'est procurée une note dans laquelle le direction de la RATP promet une réunion de travail vendredi pour "définir les modalités de traitement des enquêtes d'exploitation" et "cadrer les relations entre encadrement de proximité et conducteurs ". En cas d'incident, la RATP "s'engage à compléter le dispositif actuel" de manière "à le rendre conforme aux souhaits exprimés par le personnel de conduite ".

Un million de voyageurs par jour

La Ligne A, qui dessert notamment le quartier d'affaires de La Défense à l'ouest de Paris et Disneyland Paris à l'est de la capitale, transporte plus d'un million de voyageurs par jour. Début 2013, elle représentait un quart du trafic de la région Ile-de-France, un trafic en hausse de 20% en dix ans pour cette seule ligne. En heure de pointe,  jusqu'à 2.600 voyageurs pouvaient alors être transportés toutes les deux minutes.