Pontoise : deux enfants blessés par un motard lors d'un rodéo urbain, un homme se rend à la police

Les deux enfants ont été percutés par un motocross vendredi soir dans la banlieue de Paris. Le pronostic vital de la fillette est engagé, alors que le garçon souffre d'une fracture du tibia et du péroné.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'hôtel de police de Cergy (Val-d'Oise), en août 2001. (MAXPPP)

Deux enfants ont été blessés lors d'un rodéo urbain, vendredi 5 août, à Pontoise (Val-d'Oise), à vingt kilomètres au nord-ouest de Paris. Un motocross a percuté une fille et un garçon, âgés de 10 et 11 ans, vers 21h30 dans le quartier des Hauts de Marcouville, a appris France Télévisions auprès de la police samedi, confirmant une information du Parisien.

La fillette, dont le pronostic vital est engagé, présente "un traumatisme crânien". Elle a été transportée à l'hôpital Necker à Paris et opérée samedi. "Si cette enfant reste en vie, elle aura des séquelles neurologiques lourdes", a précisé le parquet de Pontoise. Le garçon souffre d'une fracture du tibia péroné et a aussi subi "une amnésie traumatique".

Le suspect connu des services de police

Après les faits, le conducteur a pris la fuite, avant que la moto ne soit retrouvée par des habitants du quartier. Un jeune homme de 18 ans originaire du quartier s'est finalement présenté samedi après-midi avec son avocat au commissariat de Cergy, selon les informations de France Télévisions.

Le suspect est connu des services de police pour conduite sans permis. L'enquête ouverte pour blessure involontaire aggravée du délit de fuite a été confiée au commissariat de Cergy-Pontoise.

Depuis début avril, 534 interventions ont été recensées pour des rodéos urbains dans le département du Val-d'Oise. Trente-sept personnes ont été interpellées et 34 motos ont été saisies, selon les chiffres de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.