Agression à La Chapelle-sur-Erdre : les derniers éléments de l'enquête

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Agression à La Chapelle-sur-Erdre : les derniers éléments de l'enquête
FRANCE 3
Article rédigé par
D.Schlienger, T.Cuny, H.Capelli, L.Perkez, M.Beaudoin, M.Le Rue - France 3
France Télévisions

On en sait désormais plus sur l'agression qui s'est produite à La Chapelle-sur-Erdre (Loire-Atlantique). L'homme de 39 ans qui a agressé au couteau une policière municipale a séquestré dans sa fuite une jeune femme dans son appartement situé tout près de la gendarmerie.

Des impacts de balles sur les balcons et les fenêtres, des tirs qui ont même ricochés sur les volets des voisins : c'est dans un appartement de ce quartier de La Chapelle-sur-Erdre que l'assaillant s'est retranché. Il a séquestré une jeune femme pendant plus de deux heures avant d'être abattu. 24 heures après l'attaque d'une policière municipale, une certitude : il voulait cibler les forces de l'ordre. 

Une jeune femme séquestrée dans son appartement

Sous prétexte d'un problème de voiture, un homme rentre dans les locaux de la police municipale de la commune et attaque au couteau une policière, vendredi 28 mai. Il la poignarde, la blesse gravement. Il lui vole son arme de service. Plusieurs personnes tentent d'intervenir mais il prend la fuite. 300 mètres plus loin, il a un accident de voiture sur un rond-point. Il abandonne le véhicule et part à pied. Il pénètre dans l'appartement d'une jeune femme et la séquestre. Il y a un échange de tir. Il s'enfuit dans un escalier de service, et sera neutralisé un peu plus loin. 

À La Chapelle-sur-Erdre, "l'émotion est très vive", souligne le journaliste de France Télévisions Thomas Cuny, en duplex depuis la commune de Loire-Atlantique. "Depuis ce matin, de nombreux habitants se rendent devant les locaux de la police municipale pour y déposer des fleurs, des messages de soutien."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Policière municipale attaquée au couteau près de Nantes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.