Rassemblement de policiers à Paris : pour Eric Dupond-Moretti, il ne faut pas "opposer justice et police"

"Policiers et magistrats sont dans la même barque", a insisté le garde des Sceaux  dans l'hémicycle, mercredi. 

Ce qu'il faut savoir

Deux semaines après le meurtre du brigadier Eric Masson à Avignon (Vaucluse), les syndicats policiers se sont rassemblés devant l'Assemblée nationale, mercredi 19 mai, pour réclamer plus de sévérité pour les "agresseurs des forces de l'ordre""Le problème de la police, c'est la justice !", a ainsi tonné le secrétaire général du syndicat Alliance, Fabien Vanhemelryck, lors de cette manifestation. Dans l'hémicycle, Eric Dupond-Moretti a appelé à ne pas "opposer la justice et la police". "Policiers et magistrats sont dans la même barque", a insisté le garde des Sceaux. Le candidat "insoumis" à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, a pour sa part dénoncé une "manifestation à caractère ostensiblement factieux", y voyant une mise en cause de "l'institution judiciaire"

Le Syndicat de la magistrature s'indigne. Face à la présence de nombreux responsables politiques, le syndicat de magistrats, classé à gauche, a déclaré, mercredi dans un communiqué, s'inquiéter de voir la police devenir "une puissance autonome (...) dictant à l'exécutif la définition de la politique pénale, au Parlement le contenu des lois et revendiquant une indispensable impunité pour elle-même".

Environ 35 000 manifestants recensés. Les syndicats, qui avaient appelé les "citoyens" à venir les "soutenir", espéraient une mobilisation de 30 000 personnes et "sans récupération politique". Selon les organisateurs, environ 35 000 personnes ont pris part à l'événement. Au micro, les leaders syndicaux ont rendu hommage à Eric Masson, dénoncé le fonctionnement du système judiciaire trop laxiste selon eux, et critiqué le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti. Le rassemblement s'est conclu sur une Marseillaise.

Des élus présents au rassemblement.  Plusieurs responsables politiques étaient présents, dont le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui a été accueilli par quelques sifflets à son arrivée. Du Parti communiste au Rassemblement national, mais à l'exception de La France insoumise, de nombreux partis étaient représentés par des élus qui ont assisté à la manifestation. 

Les gages de Jean Caxtex. Depuis le drame d'Avignon, le gouvernement a déjà donné des gages aux syndicats, reçus le 10 mai à Matignon. Le Premier ministre, Jean Castex, s'est notamment engagé à étendre à trente ans la période de sûreté pour les personnes condamnées à perpétuité pour un crime contre un policier ou un gendarme, et à limiter strictement les possibilités de réduction de peines pour ceux qui s'attaquent aux forces de l'ordre.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLICE

00h07 : Voici un dernier point sur l'actualité avant de refermer ce live. Alice Galopin viendra le réveiller, dès 6 heures, demain matin. En attendant, voilà ce qu'il faut retenir de cette soirée.

#FOOT Le PSG arrache la Coupe de France. En remportant 2 - 0 la finale de la compétition face à Monaco, le Paris Saint-Germain se rassure et écarte le spectre d'une saison vierge de tout trophée. Il renforce surtout sa mainmise sur la Coupe de France, en la soulevant pour la quatorzième fois de son histoire, écrit francetv Sport.

Les terrasses, cinémas ou encore les musées ont pu rouvrir aujourd'hui, pour le début de la deuxième étape du déconfinement en France. A l'issue de ce premier jour de réouverture après des mois de restrictions, la police est parfois intervenue pour déloger les clients attablés en terrasse.

#ISRAEL #PALESTINE La France et les Etats-Unis ont engagé à l'ONU un bras de fer sur le conflit israélo-palestinien. Après huit jours de blocage au Conseil de sécurité de Washington à l'adoption d'une déclaration condamnant les violences au Proche-Orient, la France, avec le concours de l'Egypte, la Jordanie et la Tunisie, a dégainé un projet de résolution appelant à une "cessation des hostilités" et à "un accès humanitaire" notamment à Gaza.

Plusieurs milliers de policiers (35 000 selon les organisateurs) se sont rassemblés en début d'après-midi devant l'Assemblée nationale, à Paris, pour réclamer davantage de sévérité pour "les agresseurs des forces de l'ordre". Nombre de personnalités politiques, dont le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, étaient présentes à leurs côtés.

21h18 : C’est la première revendication des policiers : des peines planchers pour ceux qui agressent les forces de l’ordre. Pourtant, le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti s’y oppose : “C’est un fiasco ! Pendant cette période des peines plancher, (...) en réalité la délinquance n’a pas baissé”. Cette mesure, déjà mise en place en 2007, et abrogée en 2014 a-t-elle été efficace ? L’Oeil du 20 heures a vérifié.

21h04 : "Payés pour servir, pas pour mourir." Des milliers de policiers sont venus de toute la France devant l'Assemblée nationale pour réclamer des peines plus sévères, notamment à l'encontre des auteurs de violences contre les forces de l'ordre. Ils se sont exprimés au micro de David Di Giacomo.

Des policiers brandissent des drapeaux de syndicats de police et allument des bombes fumigènes alors qu'ils se rassemblent devant l'Assemblée nationale à Paris, le 19 mai 2021. (THOMAS COEX / AFP)(THOMAS COEX / AFP)

20h31 : Déjà l'heure de faire un nouveau point sur l'actualité de ce mercredi 19 mai :

#FOOT Monaco et le PSG s'affrontent à partir de 21h05 en finale de la Coupe de France. Une affiche cinq étoiles à suivre sur France 2, ainsi que dans notre direct.

#COVID_19 Jour de réouverture après des mois de restrictions. Les terrasses, cinémas ou encore les musées ont pu rouvrir ce matin, pour le début de la deuxième étape du déconfinement en France. Suivez notre direct.

Plusieurs milliers de policiers (35 000 selon les organisateurs) se sont rassemblés en début d'après-midi devant l'Assemblée nationale, à Paris, pour réclamer davantage de sévérité pour "les agresseurs des forces de l'ordre". Nombre de personnalités politiques, dont le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, étaient présentes à leurs côtés.

#ISRAEL Les Etats-Unis "ne soutiendront pas des actions qui sapent les efforts en faveur d'une désescalade" au Proche-Orient, affirme la mission diplomatique américaine à l'ONU, en réaction au projet français d'une résolution au Conseil de sécurité appelant à une "cessation des hostilités". Suivez notre direct.

18h04 : 18 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité de ce mercredi 19 mai :

#COVID_19 Jour de réouverture après des mois de restrictions. Les terrasses, cinémas ou encore les musées ont pu rouvrir ce matin, pour le début de la deuxième étape du déconfinement en France. Suivez notre direct.

Plusieurs milliers de policiers (35 000 selon les organisateurs) se sont rassemblés en début d'après-midi devant l'Assemblée nationale, à Paris, pour réclamer davantage de sévérité pour "les agresseurs des forces de l'ordre". Nombre de personnalités politiques, dont le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, étaient présentes à leurs côtés.

#ISRAEL Les Etats-Unis "ne soutiendront pas des actions qui sapent les efforts en faveur d'une désescalade" au Proche-Orient, affirme la mission diplomatique américaine à l'ONU, en réaction au projet français d'une résolution au Conseil de sécurité appelant à une "cessation des hostilités". Suivez notre direct.

#FOOT Didier Deschamps a annoncé hier le retour de Karim Benzema en Equipe de France, pour l'Euro 2021. Franceinfo Sport répond à quatre questions que pose cette réintégration.

16h59 : Lors d'une conférence de presse cet après-midi, Jean-Luc Mélenchon a qualifié le rassemblement des policiers devant l'Assemblée nationale, à Paris, de "manifestation à caractère ostensiblement factieux". Elle l'est "en ce sens qu'elle s'en prend non pas aux causes pour lesquelles ces malheureux ont été assassinés mais aux institutions comme l'institution judiciaire", a estimé le chef des députés LFI.



(FRANCEINFO)

15h59 : Bonjour @jlbzh, oui, le groupe parlementaire de La France insoumise a détaillé, dans un communiqué, les raisons de son absence au rassemblement de policiers, cet après-midi devant l'Assemblée nationale. "Le groupe parlementaire de La France insoumise s'est toujours associé aux hommages républicains rendus à celles et ceux qui ont payé de leur vie leur engagement pour le pays", mais "nous refusons de participer à l'instrumentalisation politique de celles et ceux qui (...) sont morts lâchement assassinés par des criminels".

"La mobilisation policière du 19 mai n'est nullement une marche d'hommage aux policiers assassinés, c'est une manifestation pour un cahier de revendications corporatives", juge le groupe dans ce communiqué.

15h48 : Bonjour Valentine. LFI et Mélenchon ont-ils expliqué leur non-participation à la manif des policiers ?

15h41 : Des personnalités politiques de tout bord ont pris part au rassemblement de policiers devant l'Assemblée nationale, cet après-midi à Paris. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a lui aussi rejoint la manifestation, afin de "soutenir" les policiers après la mort d'Eric Masson à Avignon. Pour comprendre ces réactions politiques, franceinfo a interrogé le sociologue Fabien Jobard, directeur de recherches au CNRS et co-auteur de Police : questions sensibles (Editions Puf).

Des policiers brandissant des drapeaux de leur syndicat Allance manifestent le 19 mai 2021 à Paris. (DOMINIQUE BOUTIN / SPUTNIK / AFP)


(DOMINIQUE BOUTIN / SPUTNIK / AFP)

15h35 : Bonjour, nous ne connaissons pas encore le bilan du rassemblement selon les autorités. Nous vous tiendrons bien sûr informés dès que nous aurons ces éléments.

15h35 : 35 000 selon les syndicats, mais combien selon la police ?

15h29 : Le 18 avril dernier, Emmanuel Macron a affirmé que "les agressions dont [les détenteurs de l'autorité] sont victimes ont doublé en quinze ans". Il est toutefois particulièrement difficile de quantifier précisément les violences à l'encontre des forces de l'ordre, comme vous l'expliquent nos journalistes Paolo Philippe et Brice Le Borgne dans cet article.

Deux policiers devant une poubelle en feu, le 15 mai 2021 à Paris lors d'une manifestation en soutien à la Palestine. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

(XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

15h06 : Nous vous en parlions un peu plus tôt : des personnalités politiques de tous bords, du Parti communiste au Rassemblement national, se sont rendus au rassemblement de policiers devant l'Assemblée nationale, cet après-midi à Paris. La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, était également présente, aux côtés de Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France.

La manifestation s'est achevée par une minute de silence en hommage aux policiers tués en intervention, et par La Marseillaise, rapporte notre journaliste sur place.

14h44 : Le comédien Gérard Lanvin est également présent à la manifestation de policiers devant l'Assemblée nationale, cet après-midi à Paris, rapporte notre journaliste sur place.

14h52 : Voici les contenus que vous consultez le plus sur franceinfo en ce début d'après-midi :

#COVID_19 Notre direct sur le début de la deuxième étape du déconfinement, avec la réouverture dès ce matin des terrasses, des cinémas et des commerces non essentiels.


Notre direct sur la manifestation de policiers devant l'Assemblée nationale à Paris.


Notre article vous racontant les coulisses du retour de Karim Benzema au sein de l'équipe de France de foot pour l'Euro.

14h27 : Selon les syndicats de policiers organisant la manifestation, au moins 35 000 personnes sont rassemblées devant l'Assemblée nationale à Paris cet après-midi, pour demander davantage de sévérité pour "les agresseurs des forces de l'ordre".

14h23 : "Je suis simplement venu soutenir les policiers, c'est tout à fait normal, ils vivent un moment difficile. Il n'y a rien de plus normal que de soutenir les policiers dans une République."

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s'est rendu au rassemblement de policiers devant l'Assemblée nationale, à Paris. Plusieurs manifestants l'ont sifflé à son arrivée.

14h07 : 14 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité de ce mercredi 19 mai :

Un déjeuner en terrasse, une séance de cinéma, une exposition... La deuxième étape du déconfinement débute aujourd'hui en France. Nous vous en détaillons les modalités dans cet article.


Des policiers manifestent actuellement, à l'appel des syndicats, devant l'Assemblée nationale à Paris. Ils réclament davantage de sévérité à l'encontre des "agresseurs des forces de l'ordre". Vous pouvez suivre ce rassemblement dans notre direct.

Benyamin Nétanyahou assure ne pas exclure de "venir à bout" du mouvement islamiste armé Hamas, au pouvoir à Gaza. "Il n'y a que deux possibilités (...) soit vous en venez à bout, et c'est toujours une possibilité, soit vous les dissuadez et nous sommes actuellement engagés dans une dissuasion ferme", a déclaré le Premier ministre israélien. Suivez notre direct.

14h11 : Gérald Darmanin est arrivé à la manifestation de policiers devant l'Assemblée nationale. Le ministre de l'Intérieur et le préfet de police de Paris, Didier Lallement, ont été sifflés en rejoignant le rassemblement, rapporte un journaliste de Libération sur place.

13h53 : "Ce rassemblement doit être une prise de conscience collective de tous nos politiques aujourd'hui." Les représentants de syndicats de policiers prennent la parole lors de la manifestation d'agents de police, devant l'Assemblée nationale à Paris, pour réclamer davantage de sévérité à l'encontre des "agresseurs des forces de l'ordre". Vous pouvez suivre ces interventions dans notre direct. Nombre de politiques, comme Jean-Christophe Lagarde (UDI), Olivier Faure (PS) ou encore Jordan Bardella (RN), sont présents.

13h11 : A l'heure de la manifestation des policiers devant l'Assemblée nationale, le gouvernement a déposé un amendement prévoyant une peine de sûreté de 30 ans pour les personnes condamnées à perpétuité, pour un crime commis contre un policier ou un gendarme. Pour l'heure, la période de sûreté peut être portée à 30 ans où à l'intégralité de la peine dans le seul cas d'un crime commis en bande organisée.

12h57 : Ce rassemblement de policiers intervient deux semaines après la mort d'Eric Masson, lors d'une opération antidrogue à Avignon. Notre journaliste Paolo Philippe est sur place pour couvrir la manifestation.

12h56 : La manifestation de policiers débute devant l'Assemblée nationale à Paris. Ils réclament davantage de sévérité pour les "agresseurs des forces de l'ordre". Suivez notre direct.

12h47 : Voici quelques contenus que nous vous proposons de consulter ce midi sur franceinfo :

#COVID_19 Nos infographies vous permettant de découvrir, département par département, combien de temps vous avez vécu "sous restrictions" depuis le début de l'épidémie de Covid-19.

Le témoignage auprès de France 2 d'un policier agressé et blessé en intervention, à l'heure du rassemblement de policiers devant l'Assemblée nationale, à Paris.

#FOOT Le récit, par nos collègues de franceinfo sport, de l'histoire tumultueuse entre Karim Benzema et l'équipe de France.

12h42 : Plusieurs milliers de policiers sont attendus dès 13 heures devant l'Assemblée nationale, à Paris, pour réclamer davantage de sévérité pour les "agresseurs des forces de l'ordre". Franceinfo a recueilli les témoignages de Sophie, brigadière de police, et de Laurent, gardien de la paix. Ils se disent victimes de nombreuses attaques, et déplorent un manque d'écoute de la part des autorités.

(FRANCEINFO)

12h08 : Il est midi, jetons un œil aux principaux titres de l'actualité.

Un café en terrasse, une séance de cinéma, une visite au musée...La France entre dans une nouvelle phase du déconfinement. Emmanuel Macron appelle toutefois à "rester prudent". Suivez notre direct.


Les premiers policiers sont arrivés devant l'Assemblée nationale, où un rassemblement est prévu à partir de 13 heures pour réclamer davantage de sévérité pour les "agresseurs des forces de l'ordre". Le ministre de l'Intérieur s'y rendra pour "saluer" les policiers, a-t-il expliqué.

#ISRAEL Les affrontements entre Israël et le Hamas se poursuivent, malgré les tractations diplomatiques et une première résolution déposée à l'ONU pour tenter d'arracher un cessez-le-feu.

11h58 : Les premiers policiers sont arrivés devant l'Assemblée nationale, où un rassemblement est prévu à partir de 13 heures pour réclamer davantage de sévérité pour les "agresseurs des forces de l'ordre".



(FRANCEINFO)