Manifestations : 45% des personnes interrogées jugent que les forces de l'ordre ont fait un usage excessif de la force, selon un sondage

À l'inverse, ils sont presque autant (43%) à estimer que l'usage était proportionné. Il y a un an, en janvier 2019 en pleine mobilisation des "gilets jaunes", 42% des personnes interrogées jugeaient l'usage de la force excessif.

Une manifestation à Paris le 22 janvier 2020.
Une manifestation à Paris le 22 janvier 2020. (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

45% des personnes interrogées jugent que les forces de l'ordre ont fait un usage excessif de la force lors des manifestations de ces dernières semaines dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi 23 janvier. À l'inverse, 43% jugent que l'usage était proportionné et 11% insuffisant. Il y a un an, en janvier 2019 en pleine mobilisation des "gilets jaunes", 42% des personnes interrogées jugeaient l'usage de la force excessif.

Dans le détail, 62% des sympathisants de la France insoumise, du PS et d'Europe-Ecologie-Les verts jugent que les forces de l'ordre ont fait un usage excessif de la force lors des manifestations de ces dernières semaines. A l'inverse, 68% des sympathisants LR et LREM et RN estiment que les forces de l'ordre n'ont pas fait un usage excessif de la force, selon cette même enquête.

Les actions des opposants jugées violentes pour six personnes sur dix

Par ailleurs, toujours selon cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting, 60% des personnes interrogées estiment que les actions menées par certains opposants à la réforme des retraites sont des actions qui ne sont pas légitimes, et qui sont violentes et antidémocratiques. Il s'agit, notamment, de coupures de courant ponctuelles, blocages de raffinerie, intrusion dans les locaux d’autres syndicats ou encore perturbation de déplacements du président. 40% des personnes estiment que c'est un moyen de se faire entendre.

Dans le détail, les sympathisants de La France insoumise, du PS et du RN jugent légitimes ces actions ciblées. Les sympathisants EELV, LR et LREM ne les jugent pas légitimes.

Ce sondage a été effectué par internet les 22 et 23 janvier sur un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.