Val-d'Oise : un garçon de 8 ans portant une kippa "victime de multiples coups" en pleine rue à Sarcelles

Le garçon, âgé de 8 ans, affirme avoir été agressé par deux adolescents près de son domicile, lundi, vers 18h30, alors qu'il se rendait à un cours de soutien scolaire. 

Des policiers à Sarcelles (Val-d\'Oise), en février 2016. 
Des policiers à Sarcelles (Val-d'Oise), en février 2016.  (JOEL SAGET / AFP)
avatar
Valentine PasquesooneFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les faits se sont déroulés vers 18h30, lundi 29 janvier. Un jeune garçon âgé de 8 ans et demi, porteur d'une kippa, a été agressé par deux individus à Sarcelles (Val-d'Oise), a annoncé mardi à franceinfo la Direction départementale de la sécurité publique du Val-d'Oise (DDSP), confirmant une information de RTL. Une enquête pour flagrance est en cours pour déterminer les causes exactes de l'agression. 

L'agression a eu lieu avenue du 8 mai 1945 à Sarcelles, à proximité du domicile du garçon. L'élève "a été victime de multiples coups portés par deux individus âgés d'une quinzaine d'années", a confirmé auprès de franceinfo le parquet de Pontoise (Val-d'Oise). "La victime portait une kippa et se rendait seule à son cours de soutien scolaire", a précisé le parquet. Selon la DDSP du Val-d'Oise, les deux adolescents ont fait un croche-pied au garçon, puis lui ont donné "plusieurs coups de pied". "Il n'est pas blessé", assure la police. 

Le mobile antisémite "privilégié"

La famille du garçon a porté plainte vers 21h30 lundi soir, précise la police auprès de franceinfo. "Les parents de la victime n'ont pas souhaité se rendre à l'unité médico-judiciaire", ajoute le parquet de Pontoise. "Aucune interruption temporaire de travail n'est délivrée."

Les auteurs de l'agression, dont l'identité est encore inconnue, ont pris la fuite à bord d'un tramway, a précisé la DDSP du Val-d'Oise. Interrogé par franceinfo, le parquet affirme que les auteurs de l'agression "n'ont rien dérobé et n'ont proféré aucune parole". "Le mobile antisémite est donc privilégié", poursuit-il, ajoutant que "la sûreté départementale de la DDSP est saisie de l'enquête diligentée en flagrance".