Un commissariat de l'Eure pris à partie par un groupe d'adolescents

Les faits se sont déroulés dans la nuit du jeudi 27 au vendredi 28 juin. Deux pare-brise et trois carreaux ont été cassés, selon les informations de France 2. 

Le commissariat de Val-de-Reuil-Louviers (Eure). 
Le commissariat de Val-de-Reuil-Louviers (Eure).  (FRANCEINFO / GOOGLE MAPS)

Un groupe de personnes s'en est pris au commissariat de Val-de-Reuil-Louviers (Eure), occupé par quatre policiers de permanence, dans la nuit du jeudi 27 au vendredi 28 juin. Les faits se sont déroulés aux environs de 2 heures du matin et pendant une demi-heure. Deux pare-brise et trois carreaux ont été cassés, selon les informations de France 2. A l'origine de ces heurts, un groupe d'adolescents qui avait été expulsé de la piscine par la police municipale un peu plus tôt dans la journée. 

Il n'y a rien de politique dans cette affaire, estime une source policière. Les policiers ont bien entendu des "Allah Akbar", comme évoqué par Le Figaro, mais les fonctionnaires précisent que ce n'était pas le mot d'ordre de cette agression. Le syndicat de police Alliance a de son côté dénoncé "la violence inouïe" de cette attaque qui, selon l'organisation, a été menée par "une trentaine d'individus". La préfecture a évoqué pour sa part "quelques vitres cassées".

Le maire dénonce des "fake news"

Dans un communiqué publié sur son site, le maire de la commune évoque "un incident limité et, hélas, devenu banal quand la chaleur de l’été amène les jeunes à rester dans la rue". En colère, Marc-Antoine Jamet pointe du doigt les médias qui ont relayé cette information et dénonce "rumeurs et 'fake news'" . Selon lui, "la presse normande, puis nationale, a diffusé et déformé les revendications syndicales du commissariat".