"Si je croise un clown, je fais le 17 !", recommande la police

Sur son compte Twitter, la police dénonce le "phénomène des clowns maléfiques" et précise que, "depuis la mi-octobre, une rumeur inspirée de vidéos sur internet (...) inquiète la population sur la présence de clowns menaçants et agressifs en France".

Le clown du téléfilm inspiré du roman de Stephen King, \"Ça\".
Le clown du téléfilm inspiré du roman de Stephen King, "Ça". (IGOR RYABOV / SIPA)

Le message est à prendre au sérieux. "Si je croise un clown, je fais le 17", recommande la police, vendredi 24 octobre, afin de mettre en garde contre la "rumeur", véhiculée par les réseaux sociaux, de clowns agressifs et de ceux qui les pourchassent. Sur son compte Twitter, la police dénonce le "phénomène des clowns maléfiques" et précise que, "depuis la mi-octobre, une rumeur inspirée de vidéos sur internet (...) inquiète la population sur la présence de clowns menaçants et agressifs en France".

Des individus interpellés pour une chasse aux clowns 

Cela "ne repose sur aucun fait établi d'agression physique", affirme la direction générale de la police nationale (DGPN) et "seules quelques apparitions de personnes déguisées en clowns" et "s'amusant à effrayer les passants" ont "été recensées""Symptomatique de l'impact d'internet", poursuit la DGPN, "ce phénomène peut engendrer des dérives (...) et des troubles à l'ordre public" consécutifs à des appels sur les réseaux sociaux à "se mobiliser" contre ces clowns.

Sans citer de cas précis, la DGPN ajoute que des individus ont ainsi été interpellés ces derniers jours pour "attroupement armé", après s'être lancés dans une "chasse aux clowns"La DGPN rappelle que la détention d'une arme dans la rue "est passible d'une peine emprisonnement" et que clowns ou chasseur de clowns armés "peuvent être placés en garde à vue".