Seine-Saint-Denis : des policiers font un pot de départ au commissariat d'Aubervilliers en plein couvre-feu, deux enquêtes administratives et judiciaires ouvertes

Une vidéo de cette soirée a été diffusée par le média en ligne Loopsider. On y voit des policiers faire la fête au sein du commissariat, sans masque ni distanciation.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le commissariat d'Aubervilliers. (GOOGLE MAPS)

Une enquête judiciaire a été ouverte par le parquet de Bobigny, après un pot de départ organisé pendant le couvre-feu et sans respect des gestes barrières au commissariat d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), selon les informations recueillies par France Inter jeudi 28 janvier. L’IGPN a aussi été saisie.

Cette enquête judiciaire s'ajoute à une autre enquête, administrative, ouverte un peu plus tôt par la préfecture de police de Paris. "Une enquête administrative est diligentée et des sanctions administratives seront prises à l'encontre des participants", a précisé la préfecture de police dans un communiqué.

Une vidéo de cette soirée a été diffusée par le média en ligne Loopsider. On y voit des policiers faire la fête au sein du commissariat, sans masque ni distanciation.

Dès la connaissance de la tenue du pot de départ la semaine dernière, "des rapports explicatifs ont été demandés aux participants", ajoute la préfecture de police dans un communiqué. Elle rappelle que "les rassemblements conviviaux de personnes sont interdits dans les commissariats et des rappels sont régulièrement effectués aux agents qui doivent se soumettre au protocole sanitaire strict de respect des gestes barrières, de port du masque, et de limitation du nombre de personnes dans une même pièce". Plusieurs syndicats de police, joints par France Bleu Paris, ont refusé de commenter ces images.

La maire d'Aubervilliers, Karine Franclet (UDI), espère sur les participants seront sanctionnés. "C'est irresponsable d'un point de vue sanitaire", dénonce-t-elle au micro de France Bleu, alors qu'on "se bagarre pour avoir un centre de vaccination, pour faire manger les enfants [à l'école] dans le respect des règles sanitaires".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Police

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.