Saint-Étienne : des micros dans les rues pour détecter des sons anormaux

Dans un quartier de Saint-Étienne dans la Loire, des micros placés dans les rues vont pouvoir détecter des bruits anormaux pour alerter les forces de l'ordre.

FRANCE 3

Après les caméras de surveillance, il y aura bientôt une vingtaine de micros à Saint-Étienne dans la Loire. Des capteurs sonores capables de détecter des bruits anormaux comme des cris ou des vitres brisées. Ces alertes seront reçues en temps réel au PC de supervision de la police municipale. L’objectif est de permettre une intervention des services de secours ou de police. L'expérience a lieu dans un quartier sensible de Saint-Étienne et les habitants sont partagés sur ce dispositif. "À partir du moment où l'on met le doigt dans l'engrenage on ne sait pas jusqu'où cela peut aller et ça peut empiéter sur la liberté d'autrui", s'interroge un riverain.

Le dispositif n'enregistre pas les conversations

Ce dispositif mis au point pas une start-up stéphanoise vient d'obtenir le feu vert de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL). "Ce que détecte le capteur ce sont des sons anormaux spécifiques avec des bruits et niveaux sonores souvent importants et non pas de conversations", assure Fabrice Koszyk, directeur général de la société Serenicity. Trois premiers capteurs vont être positionnés dans des lampadaires ou des panneaux de signalisation d'ici fin mars.

Le JT
Les autres sujets du JT
Agent de police municipale devant les écrans de vidéosurveillance à Woippy en Moselle, le 13 janvier 2016.
Agent de police municipale devant les écrans de vidéosurveillance à Woippy en Moselle, le 13 janvier 2016. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)