Polémique : des appels à la police surtaxés

C'est une décision qui fait polémique. Certains appels à la police vont devenir payants : six centimes par minute. La préfecture dit vouloir moderniser son dispositif.

Voir la vidéo

Désormais à Paris, quand vous tenterez de joindre la préfecture ou un commissariat de police, il faudra payer. 3430 : un seul numéro surtaxé pour tous les appels administratifs, comme la fourrière par exemple. Un numéro qui fait déjà polémique. "Je ne trouve pas ça normal, car ce n'est pas un service commercial, mais un service payé par nos impôts", s'indigne cet homme au micro de France 2.

Un numéro réservé aux appels non urgents

Ce numéro payant est réservé aux appels non urgents : près de 450 000 par an. Restent gratuits : le 17, la police judiciaire, ou encore le service des passeports. Selon le ministère de l'Intérieur, il ne s'agit pas de faire du profit mais de financer cette plateforme d'appels. Elle devrait permettre de désengorger les standards des commissariats. "L'idée c'est quand même de constater l'engorgement qu'il y avait des standards téléphoniques et de nos capacités de tri quelquefois sur des demandes tout à fait éloignées de la production de sécurité d'urgence ou même de la production de sécurité quotidienne", précise Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le commissariat de Provins est chargé de l\'enquête, a indiqué la procureure de Melun (photo d\'illustration).
Le commissariat de Provins est chargé de l'enquête, a indiqué la procureure de Melun (photo d'illustration). (JACQUES DEMARTHON / AFP)