Manifestations : plusieurs pistes pour enrayer la violence

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Manifestations : plusieurs pistes pour enrayer la violence
France 2
Article rédigé par
A.-C. Poignard, M. De Chalvron, A. Jacquet, S. Neumayer, C. Gillard, F. Bazille, L. Krikorian, X. Roman, A. Da Silva - France 2
France Télévisions

Les violences perpétrées en marge de la manifestation du samedi 5 décembre à Paris suscitent les interrogations : aurait-on pu stopper les casseurs en amont ?

Ils étaient entre 400 et 500 samedi 5 décembre dans l'après-midi pendant la manifestation parisienne contre la loi "sécurité globale". Qui sont les casseurs et comment s'organisent-ils ? "Ils prennent les rues parallèles, ils ont des sacs à dos, ils se changent et se mettent en noir, rapporte un policier infiltré, qui décrit des jeunes âgés de 16 à 30 ans. Souvent, ils ont des marteaux, ils ont des masques, ils ont des casques."

Un nombre de policiers et gendarmes insuffisant

Face aux groupes ultramobiles, le dispositif du maintien de l'ordre est-il insuffisant ? "Nous étions environ à 1 500 policiers et gendarmes, quand au plus fort de la crise des Gilets jaunes, nous étions à 5 000, pour des manifestations qui étaient considérées comme autant à risque", déplore Frédéric Lagache, délégué général du syndicat Alliance police nationale. Selon certains observateurs, il existe des options concrètes pour enrayer la violence, comme enlever les grilles des arbres, qui peuvent être projetées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.